Workshop « projet Kalîla wa Dimna » – Résumé des interventions

Workshop "Kalîla wa Dimna - Rencontre à mi-parcours"

Workshop « Kalîla wa Dimna – Rencontre à mi-parcours » organisé par E. Brac de la Perrière (Université Paris-Sorbonne) et A. Vernay-Nouri (BnF)

 

 

 

 

 

Une première étape du projet « Kalîla wa Dimna » a été franchie à la fin du mois de novembre dernier.  Le workshop « Projet Kalîla wa Dimna – Rencontre à mi-parcours » nous a permis de faire le point sur l’avancée des recherches conduites par les chercheurs associés au projet. La variété des approches présentées, les discussions qui ont systématiquement suivi les interventions et le travail collectif sur les manuscrits de la Bibliothèque nationale de France présentés durant ce workshop ont été des plus fructueux et ont ouvert de nouvelles pistes de recherche.

Voici en quelques lignes le résumé de ces interventions :

Anna Contadini

Anna Contadini (The School of Oriental and African Studies)

The position of Arabic illustrated Kalila wa Dimna manuscripts within the context of 13th and 14th centuries Arab painting

Illustrated Kalila wa Dimna manuscripts have tended to be studied almost as a self-contained corpus, with an emphasis on assigning each one a date and a provenance. Although this is valid in its own terms, it is somewhat limited, and it is desirable to develop further the approach that seeks internally to elucidate relationships between text and image and externally to integrate these manuscripts within the broader context of the production of paintings, art and literature that surrounds them. I shall present exemplary Kalila wa Dimna manuscripts and attempt to highlight various aspects that would benefit from further comparative study.

Mika Natif

Mika Natif

 

 

Mika Natif (The George Washington University)

Persian manuscripts of Kalila wa Dimna before the 15th century and their links to Arabic copies

This paper focuses on the relationship between Persian and Arabic illustrated manuscripts of Kalila wa Dimna, up to the 15th century.  In order to examine the connections between the Persian and the Arabic texts, I focus on three case studies of subject matter that were commonly illustrated in both versions of the stories. I will compare their visual language, composition, relations to the pictorial space and discuss their respective patronage. Throughout the presentation, I shall raise methodological questions with regards to the interaction between text and image, and consider the implications of such ideas on the study of illustrated Persian manuscripts.

Adeline Laclau (Université Aix-Marseille)

Quelques remarques liées à la mise en page des Kalila wa Dimna mamelouks

Répartir les espaces au sein d’une page, hiérarchiser le contenu et établir plusieurs types de lecture, tels sont les concepts de la mise en page. Cette présentation consiste à exposer les premières observations de ces principes de composition au sein des manuscrits mamluks de Kalila wa Dimna. Elle permet d’aborder la question des relations entre texte et images mais aussi de la continuité et transformation des copies dans la production mamluke, puis dans le contexte plus général des manuscrits arabes illustrés.

Beatrice Grüendler

Beatrice Gruendler

 

 

Beatrice Gruendler (Yale University)

Wisdom from India in pieces

The classic of Arabic-Islamic statecraft, translated and expanded by Ibn al-Muqaffaʿ (executed 756 A.D.), famously takes material from the two Indian works, the Mahābhārata and the Pañcatantra. Despite its later popularity, the work’s early textual history, before the first textual witnesses from the 13th century in Arabic and the medieval translations into Syriac, Greek, Persan, Hebrew, Castilian, and Latin, remains in the dark. But an indirect transmission of the Buddhist tale of King Shādram and the Wise Bilād (or Bilār), survives in a treatise on wisdom sayings, the Jāvīdān Khirad of Ibn Miskawayh (d. 1030 A.D.). However, this early witness to the original shape of the Arabic translation poses two problems; it selects only the (copious) wisdom sayings from the tale and presents these in different wording. I will compare the two versions in as far as they overlap to investigate how their divergencies may have occurred and to observe how the Arabic reception reengineered the Indian material to fit within the Arabic corpus of practical knowledge (adab).

Nathalie Buisson et Annie Vernay-Nouri

Nathalie Buisson et Annie Vernay-Nouri

 

 

Nathalie Buisson (BnF) et Annie Vernay-Nouri (BnF)

L’étude de la matière picturale dans les Kalila wa Dimna de la BnF

L’analyse de la matière picturale constitue l’une des approches permettant d’appréhender les caractéristiques matérielles des manuscrits afin de mieux connaître les  matériaux employés et les étapes de  fabrication.  Ces procédés, qui seront utilisés au sein du Laboratoire de la BnF et du C2RMF reposent essentiellement sur l’imagerie scientifique et sur des méthodes physico-chimiques non destructives et non invasives. Dans un premier temps, la problématique  propre  au  corpus de Kalila wa Dimna sera exposée. Le protocole d’analyse sera ensuite développé en insistant tout particulièrement sur la complémentarité des différentes techniques.

Aïda El-Khiari

Aïda El-Khiari

 

 

Aïda El-Khiari (Université Paris-Sorbonne)

L’iconographie de la figure royale dans les manuscrits arabes de Kalīla wa Dimna des 13e et 14e siècles : vers la constitution d’un topos royal

La figure du roi est un personnage récurrent dans le texte de Kalīla wa Dimna. Personnage polymorphe dans sa dimension textuelle – sept rois différents interviennent dans les fables – il acquiert progressivement une iconographie unique. La comparaison entre le texte et les épisodes illustrés fait ainsi apparaître la prédominance des représentations du roi comme figure d’autorité temporelle, sous la forme du roi trônant. Plus encore, l’analyse iconographique des différents épisodes met en évidence la standardisation progressive qui s’effectue au cours des 13e et 14e siècles aboutissant à la constitution d’un topos royal.

Suzanne Babey

Suzanne Babey

 

 

Suzanne Babey (Université Paris-Sorbonne)

Iconographie des architectures dans les Kalila wa Dimna

Seize manuscrits ont été étudiés. A partir des représentations architecturales du Kalila wa Dimna le plus ancien, l’Arabe 3465 de la Bibliothèque nationale de France, l’étude permet de déterminer les différents rôles de l’architecture dans la narration et tente de dégager les possibles filiations avec des manuscrits de la même époque, comme les Maqâmat Arabe 6490 et le Kalila wa Dimna de Rabat ou plus tardifs, comme cinq manuscrits mamelouks du XIVe siècle et huit manuscrits ottomans du XVIe et XVIIe et d’en analyser l’évolution.

Isabelle Imbert (Université Paris-Sorbonne)

Formes et fonctions du motif floral dans les manuscrits de Kalila wa Dimna

L’intervention sera dédiée à l’étude des motifs végétaux dans les manuscrits arabes de Kalila et Dimna produits entre XIIIe et le XVIIIe siècles. Nous démontrerons que les plantes ne jouent pas seulement un rôle décoratif mais occupent des fonctions structurantes dans les miniatures, fonctions qui sont à même d’évoluer au fil du temps. De même, nous verrons que des constantes apparaissent dans plusieurs copies de différentes époques, mais également que certaines particularités formelles et structurelles sont attachées à chaque période de production et permettent d’établir des liens entre les manuscrits.

Nourane Ben Azzouna

Nourane Ben Azzouna

 

 

Nourane Ben Azzouna (Universität Wien)

Le Ms Ar. 578 de la Parker Library, Cambridge : observations préliminaires

Le manuscrit « Arabe 578 » de la Parker Library, Corpus Christi College, Cambridge, est une copie illustrée inédite de Kalila et Dimna. Le manuscrit porte un colophon, mais celui-ci n’est que partiellement conservé. En particulier, le chiffre des dizaines de la date est effacé, mais celui des centaines indique qu’il s’agit d’une copie du 7e/14e s. Cette communication vise à faire une présentation générale du manuscrit, de ses cent-dix-neuf illustrations et des questions qu’elles posent, des choix narratifs aux conventions iconographiques et au(x) style(s). Certaines de ces questions sont pertinentes pour l’ensemble du corpus des Kalila et Dimna illustrés, ainsi que pour la peinture arabe de la période médiévale.

Bernard O'Kane

Bernard O’Kane

 

 

Bernard O’Kane (The American University in Cairo)

The King Saud mss 2536 of King Faisal Library, Ryadh

Manuscript 2536 of the King Faisal Center for Islamic Studies, Riyadh, has a colophon giving the date of 26 Safar 747/18 June 1346, and 64 paintings. The style of the paintings at first sight has much in common with the well known Mamluk group, including the  Ar. 3467 of the Bibliothèque national de France, and the Bodleian copy at Oxford. However, the very different style of the paintings needs to be explained. We will discuss the possibilities for repainting (possibly on more than one occasion) versus the only other possibility, a hitherto unknown Mamluk style of illustration.

Yves Porter

Yves Porter

 

 

Yves Porter (Université Aix-Marseille)

Costumes mongols dans le Kalila wa Dimna de Rabat

Le manuscrit BRR3655 de la bibliothèque de Rabat a déjà suscité l’intérêt des chercheurs, en particulier de Marianne Barrucand (1986, 1991). La particularité de cette copie est de mélanger les personnages (hommes et femmes) portant des costumes et des coiffes « mongols » avec d’autres dont le costume et les traits dérivent des styles en cours à Bagdad dans la 1ère moitié du XIIIe siècle. Le but de cette présentation est d’abord d’analyser les composantes des costumes mongols qui apparaissent dans ces illustrations, en les comparant notamment à d’autres images issues de l’Iran ilkhanide. On s’interrogera également sur la signification de ces « marqueurs ethnoculturels » et leur éventuelle composante « exotique ».

Francis Richard

Francis Richard

 

 

Francis Richard (Bibliothèque Univesitaire des Langues et Civilisations)

Des feuillets d’un Kalila wa Dimna ottoman dans le fonds de l’École des Langues Orientales

Retrouvé parmi des fragments venant de la bibliothèque de l’école des langues orientale, sous la cote manuscrit turc 206 de la BULAC, 14 feuillets d’une version du Hümâyûn-nâme, traduction turque du Kalila va Dimna, faite d’après le Anvār al-Suhaylī de Vā’iz Kāšifī, Ces feuillets comportent des marges ornées. Ces feuillets étaient cousus sans ordre et couverts d’un fragment d’une grammaire turque manuscrite du XVIIIème siècle venant d’un Jeune de Langue. Ils comportent quatre peintures de style ottoman stambouliote, sans doute impérial, du XVIème siècle. D’autres feuillets achetés par la BnF chez un libraire parisien en 1906 forment le ms. Supplément turc 1243.

Marie-Geneviève Guesdon présente les manuscrits de la BnF

Marie-Geneviève Guesdon présente les manuscrits de la BnF

Annie Vernay-Nouri présente les manuscrits de la BnF

Annie Vernay-Nouri présente les manuscrits de la BnF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stimulés par les multiples questions et échanges engendrés par ces interventions, nos chercheurs poursuivent leurs travaux sur les manuscrits illustrés de Kalîla wa Dimna.

Retrouvez ici le programme de ce workshop:

Programme Worshop Kalila wa Dimna 2013


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *