Reprise des séminaires de l’année 2014-2015

Sans titre

Kalila wa Dimna, BnF Arabe 3465, f. 20v
Burzuya en compagnie du sage indien Bidpaï

Les séminaires « Kalila wa Dimna » ont repris depuis le 10 octobre 2014 et sont animés, comme les années précédentes, par Eloïse Brac de la Perrière (Maître de conférences – Paris-Sorbonne) et Annie Vernay-Nouri (Conservateur en chef – BnF), assistées par Aïda El Khiari (Attachée de recherche – BnF).

Les séminaires de l’année universitaire 2014-2015 seront principalement tournés vers la préparation de l’exposition sur Kalila wa Dimna qui se tiendra à l’Institut du Monde Arabe de septembre 2015 à janvier 2016.

Cette exposition retracera la création et la diffusion du texte de Kalila wa Dimna et permettra d’éclairer la dynamique complexe existant au sein de la transmission textuelle et iconographique, avec en filigrane les questions des traditions iconographiques et de la transposition des modèles.

Nous vous rappelons que les séminaires ne sont pas ouverts au public.

Compte-rendu du séminaire du 21 octobre 2013

BSB Cod.arab.615 fol 14r

BSB Cod.arab.615 fol. 14r

Ce deuxième séminaire « Kalîla wa Dimna » de l’année universitaire 2013-2014 a, comme le précédent, été principalement dévolu à la préparation du workshop qui aura lieu le mois prochain.

Durant deux heures, quatre présentations se sont succédées, suivies à chaque fois de commentaires, questions et suggestions formulées par les animateurs du séminaire comme par ses participants.

Adeline Laclau a débuté cette série de présentations en nous faisant part de l’avancée de ses recherches sur les manuscrits mamlûks de Kalîla wa Dimna. Son étude repose sur un corpus composé pour l’heure des manuscrits suivants : Paris BnF Arabe 3467, Oxford Bodleian Pococke 400, BSB Cod.arab.616, Cambridge TS.Ar 51-60 et TS.Ar 40.09. Riyad King Faisal Mss 2536 et Cambridge Corpus Christi Ms Ar 578 feront l’objet d’interventions particulières de Nourane Ben Azzouna et de  Bernard O’Kane lors du workshop.

Isabelle Imbert a poursuivi sur son travail concernant les représentations d’éléments végétaux et leur utilisation dans les manuscrits de la BnF. Elle a par ailleurs ajouté à son corpus les deux manuscrits de la BSB,  Cod.arab.615 et Cod.arab.616  ainsi que celui de la Bibliothèque royale du Maroc, Ms 2655.

Les étudiants de M1 ont pris ensuite la parole pour présenter leurs recherches iconographiques sur la figure de l’éléphant. Leur corpus se compose de l’ensemble des copies à notre disposition auxquelles ils prévoient d’ajouter des manuscrits comme les Maqâmât ou encore le Kitâb al-Hayawân.

Enfin, Aïda El Khiari est revenue sur la représentation de la figure du prince dans les manuscrits arabes de Kalîla wa Dimna en notre possession. Elle proposera par ailleurs des comparaisons avec certaines copies persanes de ces fables.

La préparation des étudiants en vue du workshop vise à les guider dans le choix des thématiques qu’ils aborderont dans leurs interventions. Celles-ci devront être aussi concises qu’efficaces puisque les temps de présentation seront délibérément courts afin de laisser la place aux discussions qu’elles généreront.

Compte-rendu du séminaire du 07 octobre 2013

BSB Cod.arab.616 fol. 95v

BSB Cod.arab.616 fol. 95v

Les séminaires « Kalîla wa Dimna » ont repris le 7 octobre dernier. Comme l’année passée, ils sont animés par Eloïse Brac de la Perrière (Maître de Conférence – Paris-Sorbonne) et Annie Vernay-Nouri (Conservateur en Chef – BnF), assistées par Thomas Lorain (Attaché de recherche – BnF),

Les effectifs ont été en partie renouvelés puisque, outre les cinq doctorants déjà présents l’année dernière (Suzanne Babey, Frantz Chaigne, Aïda El Khiari, Isabelle Imbert et Adeline Laclau), six étudiants en Master 1 d’histoire de l’art de l’Université Paris-Sorbonne ont rejoint notre équipe. Il s’agit de Nala Aloudat, Pauline De Keukelaere, Giovanni Guzzetta, Adib Kassas, Jade Rebut Rwilling et Justine Souque.

Loïc Lesvignes, étudiant de Master 1 spécialisé en langue arabe, nous rejoindra épisodiquement lors des séminaires et nous propose son aide en tant qu’arabisant.

Ce premier séminaire de l’année universitaire 2013-2014 est entièrement tourné vers la préparation du workshop. Chacun des participants est directement impliqué dans ces deux journées d’études.

Ainsi, les 5 doctorants, déjà familiers des manuscrits de Kalîla wa Dimna, et en particulier de ceux de la BnF y présenteront leurs recherches sur les thèmes suivants :

Adeline Laclau : les manuscrits mamlûks.

Aïda El Khiari : La figure du prince dans les manuscrits.

Suzanne Babey : les représentations et usages de l’architecture (à partir des manuscrits de la BnF).

Isabelle Imbert : Les représentations et usages des végétaux (à partir des manuscrits de la BnF).

Frantz Chaigne : Présentation des analyses physico-chimiques qui seront réalisées sur les manuscrits de la BnF.

 

Les étudiants de Master 1 ont également été mis à contribution autour d’un projet commun : étude de l’iconographie de la figure de l’éléphant dans les K&D. Ils doivent par ailleurs trouver un support adéquat pour la présentation de leurs recherches communes lors des deux journées du workshop.

Après la présentation générale des travaux proposés aux membres du séminaire, Suzanne Babey, Aïda El Khiari et Isabelle Imbert ont soumis l’état d’avancement de leurs recherches en vue de leurs interventions au workshop. Ces trois présentations ont été suivies de discussions sur les axes de recherches à mettre en valeur ou à revoir pour chacun d’entre eux.

Compte-rendu du séminaire du 3 décembre 2012

arabe 3467 f.28v

arabe 3467 f.28v

Compte-rendu du séminaire du 3 décembre 2012.

Etaient présents : Annie Vernay-Nouri (AVN), Eloïse Brac-de-la-Perrière (EBP), Suzanne Babey (SB), Frantz Chaigne (FC), Zina Cohen (ZC), Maxime Durocher (MD), Ghazaleh Esmailpour  (GE), Isabelle Imbert (II), Aïda el-Khiari (AK), Hana Mater (AM), Farshad Radmanesh (FR), Lucie Robert (LR) et Yi Zhai (YZ).

Tour de table:

AK centralisera toute la bibliographie concernant Kalîla wa Dimna. Les ouvrages collationnés pourront traiter tant du texte de ses illustrations. On retiendra donc toutes les éditions arabes du texte, leurs traductions et leurs analyses ainsi que toutes les publications traitant des illustrations du point de vue de l’histoire de l’art. Pour pouvoir dans un premier temps se centrer sur les seuls manuscrits arabes de Kalîla wa Dimna, la bibliographie traitant des manuscrits persans et turcs sera collationnée à part.

II est chargée de réfléchir à la mise en place d’une base de données sur les manuscrits de Kalîla wa Dimna. Quelle forme celle-ci doit-elle prendre ? Que veut-on y voir apparaître et à quelles questions doit-elle répondre ? Quel logiciel utiliser afin que celle-ci soit accessible au plus grand nombre ? etc… La création d’une bdd pose de nombreuses questions auxquelles il est préférable de réfléchir avant de s’y lancer !

AVN nous apporte plusieurs informations :

  • Eric Delpont, directeur du musée de l’Institut du Monde Arabe, serait intéressé pour organiser une exposition sur Kalîla wa Dimna.
  • L’exposition « les 1001 nuits » de l’IMA présente trois manuscrits arabes tardifs (deux conservés à la John Rylands Library de Manchester et un à la Üniversitätbibliotek de Tübingen) qu’il serait bon de comparer avec les exemplaires tardifs du Kalîla wa Dimna arabe 3470 de la BnF (illustrations tardives) et cod. arab. 615 de la Staatbibliotek de Münich (l’un des mss de Manchester semble très proche de ce dernier).
  • L’exposition « Crossing Borders: Manuscripts from the Bodleian libraries » qui se tient au Jewish Museum de New York présente en ligne 7 folios du Kalîla wa Dimna mamlûk (MS. Pococke 400 de la Bodleian) ainsi qu’une version hébraïque (MS. Opp. Add. 4° 101) et une version latine (Mss. Douce 193 de Strasbourg) de cette œuvre.

 

Intervention d’Aïda el-Khiari et Ghazaleh Esmailpour :

AK et GE nous présentent un compte-rendu de lecture de l’article de Hugo Buchtal, « Hellenistic Miniatures in Early Islamic Manuscripts » (Ars Islamica VII, 1940).

L’auteur, byzantiniste, s’est particulièrement intéressé aux transferts de traditions culturelles entre l’Orient et l’Occident. Il a ainsi publié de nombreux articles concernant les arts islamiques en lien avec l’art byzantin.

Il s’agit ici d’une étude comparative, parfaitement argumenté sur la base de nombreuses comparaisons stylistiques et iconographiques, permettant d’aboutir à la datation du manuscrit de Kalîla wa Dimna, conservé à la BnF sous la côte Arabe 3465. Cette datation est aujourd’hui encore la datation de référence et n’ a pas été depuis remise en cause par la communauté des chercheurs.

L’intégralité de ce compte-rendu est disponible, pour les chercheurs associés au projet, sur la dropbox de l’équipe.

 

Compte-rendu du séminaire du 04 février 2013

arabe 3475 - f 13

arabe 3475 – f 13

Compte-rendu du séminaire du 4 février 2013

Etaient présents : Annie Vernay-Nouri (AVN), Eloïse Brac-de-la-Perrière (EBP), Suzanne Babey (SB), Frantz Chaigne (FC), Zina Cohen (ZC), Ghazaleh Esmailpour  (GE), Aïda el-Khiari (AK), Adeline Laclau (AL), Thomas Lorain (TL), Anna Mater (AM) et Lucie Robert (LR).

 

Le projet « Kalîla wa Dimna » a été officiellement accepté au sein du plan de recherche triennal de la BnF à compter du 1er janvier 2013. Ce financement permettra à l’équipe d’acquérir quelques copies numérisées de manuscrits, de financer quelques voyages d’études et d’organiser un colloque à la fin du plan. Il permet également  d’employer un coordinateur pour le projet.

Thomas Lorain rejoindra donc l’équipe K&D pour remplir ce rôle dès le 15 février. Il est notamment chargé de mettre en place un carnet de recherche présentant les avancées du projet, de centraliser les données et de servir d’intermédiaire entre tous les membres de l’équipe. Il sera présent tous les lundis et mardis à la BnF-Richelieu.

Tour de table :

AK poursuit la mise en place de la bibliographie et cherche un moyen de faciliter son élaboration et sa diffusion.

SB, AM et LR prennent en charge le dépouillement des catalogues de vente. Elles ont d’ores et déjà consulté la moitié des catalogues conservés à la bibliothèque Michelet (uniquement en français) et comptent se rendre au cabinet d’expertise de Marie-Christine David pour consulter les catalogues anglo-saxons. Aucun résultat pour le moment.

FC prend en charge le dépouillement des catalogues de bibliothèque en allemands tandis que GE s’occupera des catalogues persans. Maxime Durocher (absent ce jour) traitera les catalogues turcs.

– La question de la pertinence et des modalités de la mise en place d’une base de données doit être soulevée.

 

Intervention d’Adeline Laclau :

Adeline Laclau, titulaire d’un master 2 soutenu à l’Université Aix-Marseille sous la direction d’Yves Porter, nous présente le résultat de ses recherches intitulées : « l’art du livre à l’époque mamluke – les manuscrits à peinture ». Adeline Laclau rejoint elle aussi l’équipe K&D.

Compte-rendu du séminaire du 19 novembre 2012

arabe 3467 - f 67

arabe 3467 – f. 67

Compte rendu du séminaire du 19 novembre 2012.

 

Ce premier séminaire « Kalîla wa Dimna » à destination des étudiants de master et de doctorat est proposé par l’Université Paris-Sorbonne. Il est organisé et animé par Mme Eloïse Brac-de-la-Perrière (EBP), maître de conférences en histoire des arts de l’Islam à l’Université Paris-Sorbonne et Mme Annie Vernay-Nouri (AVN), conservateur en chef au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.

 

Il a réuni 13 participants :

Nourane Ben Azzouna (dr), chargée d’étude pour les arts de l’Islam à l’Agence France-Muséum – Louvre Abu Dhabi et post-doctorante de l’UMR 7528.

Suzanne Babey, étudiante en Master 2 à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur les productions de Kütahya et de Canakkale au travers des collections du Musée National de la Céramique de Sèvres.

Frantz Chaigne, doctorant à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Il travaille sur le décor enluminé produit sous les Ilkhanides.

Zina Cohen, étudiante en Master 2 à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur la caractérisation archéométrique des enduits et des mortiers d’Aghmat (Maroc) à partir des analyses réalisées au Muséum National d’Histoire Naturelle.

Maxime Durocher, doctorant à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction de Jean-Pierre van Staevel. Il travaille sur l’architecture des confréries soufies en Anatolie centrale.

Ghazaleh Esmaelpour-Ghoochan, doctorante à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur les bleus dans la miniature safavide avant Shâh Abbâs.

Isabelle Imbert, doctorante à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur les peintures de fleurs dans les albums de l’Iran safavide et de l’Inde Moghole entre le XVIe et la fin du XVIIIe siècle.

Aïda el-Khiari, étudiante en Master 2 à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur les représentations du zodiaque dans les manuscrits arabes illustrés entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

Hana Mater, étudiante en Master 1 à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille à l’analyse d’une partie des folios du manuscrit de Qazwini de la collection de Jean Pozzi au musée d’art et d’histoire de Genève.

Geneviève Protière-Lebrun, étudiante en Master 2 à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur quatre mosquées de la région de Lebdah (Tripolitaine, Libye).

Farshad Radmanesh, étudiant en Master 1 à l’EPHE, sous la direction de François Déroche. Il travaille sur les manuscrits persans.

Lucie Robert, étudiante en Master 2 à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur le costume féminin dans la peinture de manuscrit du XVe siècle en Iran.

Yi Zhai, doctorante de l’Université Aix-Marseille sous la direction d’Yves Porter. Elle travaille sur les échanges artistiques entre la Chine et l’Iran à l’époque médiévale.

 

Présentation du séminaire :

Ce séminaire fait partie intégrante du projet Kalîla wa Dimna et à ce titre, ses participants doivent mener une part active à son développement.

Il s’agira lors de cette première année du projet de remplir un certain nombre de tâches telles que le dépouillement systématique des catalogues de bibliothèque et des catalogues de vente afin de dresser un inventaire aussi exhaustif que possible des manuscrits arabe de Kalîla wa Dimna conservés dans le monde. Devront être recensés aussi bien les manuscrits illustrés que ceux qui contiennent des espaces vacants destinés à une illustration qui n’a pas été réalisée.

Une bibliographie doit également être établie. Elle doit s’intéresser à la peinture des manuscrits musulmans d’une façon générale et à celle de la peinture des manuscrits arabes plus particulièrement. Tous les ouvrages abordant Kalîla wa Dimna devront là encore être recensés, qu’il s’agisse d’histoire de l’art, d’étude textuelle ou d’édition du texte.

Par ailleurs, au cours des différentes séances du séminaire, les participants seront amenés à travailler sur 6 manuscrits arabes illustrés conservés à la BnF :

– arabe 3465

– arabe 3467

– arabe 3470

– arabe 3472

– arabe 3475

– arabe 5881

L’un des buts du séminaire sera d’amener les participants à s’interroger sur la mise en place d’un protocole de description des illustrations de ces différents manuscrits afin de pouvoir les étudier séparément, mais aussi de pouvoir les comparer pour ensuite étendre ces comparaison à l’ensemble du corpus mondial.

Un important travail sur le texte lui-même devra être réalisé. Il s’agira notamment de comprendre les liens entre texte et illustrations et surtout e voir si certaines fables ont retenues plus particulièrement l’attention des illustrateurs et des commanditaires.

Quelques éléments à retenir à propos de l’origine et du développement de Kalîla wa Dimna :

Le texte  tire ses origines d’une œuvre sanskrite, le Panchatantra, un recueil de fables moralisatrices, en cinq livres, qui peut être daté entre le IIe et le VIe siècle de notre ère et est attribué au sage Bidpay. Chaque partie concerne un thème. On retrouve déjà, dans la première partie les deux chacals, Karataka et Damanka, mais pas de façon récurrente comme dans la version arabe.

La version iranienne, établie au milieu du VIe siècle, est réalisée à partir d’une version en moyen perse pehlevi effectuée par le médecin Burzoe pour le roi sassanide Khosrow Anûshirwân (r. 531-579) dont aucune copie ne nous est parvenue.

Le texte de Kalîla wa Dimna n’est pas un texte figé, au contraire, il ne cesse de se modifier avec des structures différentes. Au VIIIe siècle, le prosateur ‘Abdallah Ibn al-Muqaffa traduit le texte pehlevi tout en l’enrichissant et le recomposant. Cette nouvelle version en arabe connaît rapidement un immense succès. Au XIIe siècle, une nouvelle version persane du texte et réalisée par Nasr Allâh Monshi pour le sultan de Ghazni Bahrâm Shâh. Cette traduction repose non sur la version pehlevi mais sur la version arabe.

Kalîla wa Dimna est un recueil qui appartient au genre des « miroirs aux princes » c’est-à-dire un texte destiné en particulier à l’éducation politique des princes et des décisionnaires politiques. Construit sur le principe d’un récit à tiroir, certains chapitres s’ouvrent sur une question du vizir à son conseiller Bidpay qui, en forme de réponse, renvoie à un autre récit fait par deux chacals, Kalîla et Dimna qui donnent à leur tour une réponse par le bais d’une fable. Il existe ainsi plus de trois niveaux de récit.

Le texte présente donc un arbre généalogique très riche et complexe et ses nombreuses versions ont donné lieu à des illustrations riches et variées. On en trouve notamment des versions en syriaque, en grec, en hébreu et en ancien espagnol (toutes ne sont cependant pas illustrées). Les versions turques dérivent elles, de la version persane et non de la version arabe. D’autre part, des versions illustrées en hébreu du XIIe siècle présentent des similitudes avec les modèles arabes. Ces fables semblent aussi avoir donné naissance à une iconographie propre, dès leur version la plus ancienne. On trouve ainsi en Inde des illustrations, dans la statuaire, directement puisée du Panchatantra. En France, il semble que Jean de la Fontaine s’en soit également en partie inspiré.

Normal
0

21

false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin-top:0cm;
mso-para-margin-right:0cm;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0cm;
text-indent:17.0pt;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
mso-bidi-font-size:11.0pt;
font-family: »Georgia », »serif »;
mso-fareast-language:EN-US;}

Compte rendu du séminaire du 19 novembre 2012.

Ce premier séminaire « Kalîla wa Dimna » à destination des étudiants de master et de doctorat est proposé par l’Université Paris-Sorbonne. Il est organisé et animé par Mme Eloïse Brac-de-la-Perrière (EBP), maître de conférences en histoire des arts de l’Islam à l’Université Paris-Sorbonne et Mme Annie Vernay-Nouri (AVN), conservateur en chef au département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France.

Il a réuni 13 participants :

– Nourane Ben Azzouna (dr), chargée d’étude pour les arts de l’Islam à l’Agence France-Muséum – Louvre Abu Dhabi et post-doctorante de l’UMR 7528.

– Suzanne Babey, étudiante en Master 2 à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur les productions de Kütahya et de Canakkale au travers des collections du Musée National de la Céramique de Sèvres.

– Frantz Chaigne, doctorant à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Il travaille sur le décor enluminé produit sous les Ilkhanides.

– Zina Cohen, étudiante en Master 2 à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur la caractérisation archéométrique des enduits et des mortiers d’Aghmat (Maroc) à partir des analyses réalisées au Muséum National d’Histoire Naturelle.

– Maxime Durocher, doctorant à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction de Jean-Pierre van Staevel. Il travaille sur l’architecture des confréries soufies en Anatolie centrale.

– Ghazaleh Esmaelpour Ghoochan, doctorante à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur les bleus dans la miniature safavide avant Shâh Abbâs.

– Isabelle Imbert, doctorante à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur les peintures de fleurs dans les albums de l’Iran safavide et de l’Inde Moghole entre le XVIe et la fin du XVIIIe siècle.

– Aïda el-Khiari, étudiante en Master 2 à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur les représentations du zodiaque dans les manuscrits arabes illustrés entre le XVIe et le XVIIIe siècle.

– Hana Mater, étudiante en Master 1 à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille à l’analyse d’une partie des folios du manuscrit de Qazwini de la collection de Jean Pozzi au musée d’art et d’histoire de Genève.

– Geneviève Protière-Lebrun, étudiante en Master 2 à l’Université Paris-Sorbonne sous la direction d’EBP. Elle travaille sur quatre mosquées de la région de Lebdah (Tripolitaine, Libye).

– Farshad Radmanesh, étudiant en Master 1 à l’EPHE, sous la direction de François Déroche. Il travaille sur les manuscrits persans.

– Yi Zhai, doctorante de l’Université Aix-Marseille sous la direction d’Yves Porter. Elle travaille sur les échanges artistiques entre la Chine et l’Iran à l’époque médiévale.

Présentation du séminaire :

Ce séminaire fait partie intégrante du projet Kalîla wa Dimna et à ce titre, ses participants doivent mener une part active à son développement.

Il s’agira lors de cette première année du projet de remplir un certain nombre de tâches telles que le dépouillement systématique des catalogues de bibliothèque et des catalogues de vente afin de dresser un inventaire aussi exhaustif que possible des manuscrits arabe de Kalîla wa Dimna conservés dans le monde. Devront être recensés aussi bien les manuscrits illustrés que ceux qui contiennent des espaces vacants destinés à une illustration qui n’a pas été réalisée.

Une bibliographie doit également être établie. Elle doit s’intéresser à la peinture des manuscrits musulmans d’une façon générale et à celle de la peinture des manuscrits arabes plus particulièrement. Tous les ouvrages abordant Kalîla wa Dimna devront là encore être recensés, qu’il s’agisse d’histoire de l’art, d’étude textuelle ou d’édition du texte.

Par ailleurs, au cours des différentes séances du séminaire, les participants seront amenés à travailler sur 6 manuscrits arabes illustrés conservés à la BnF :

     – arabe 3465

– arabe 3467

– arabe 3470

– arabe 3472

– arabe 3475

– arabe 5881

L’un des buts du séminaire est d’amener les participants à s’interroger sur la mise en place d’un protocole de description des illustrations de ces différents manuscrits afin de pouvoir les étudier séparément, mais aussi de pouvoir les comparer pour ensuite étendre ces comparaison à l’ensemble du corpus mondial.

Un important travail sur le texte lui-même devra être réalisé. Il s’agira notamment de comprendre les liens entre texte et illustrations et surtout e voir si certaines fables ont retenues plus particulièrement l’attention des illustrateurs et des commanditaires.

Quelques éléments à retenir à propos de l’origine et du développement de Kalîla wa Dimna :

Le texte  tire ses origines d’une œuvre sanskrite, le Panchatantra, un recueil de fables moralisatrices, en cinq livres, qui peut être daté entre le IIe et le VIe siècle de notre ère et est attribué au sage Bidpay. Chaque partie concerne un thème. On retrouve déjà, dans la première partie les deux chacals, Karataka et Damanka, mais pas de façon récurrente comme dans la version arabe.

La version iranienne, établie au milieu du VIe siècle, est réalisée à partir d’une version en moyen perse pehlevi effectuée par le médecin Burzoe pour le roi sassanide Khosrow Anûshirwân (r. 531-579) dont aucune copie ne nous est parvenue.

Le texte de Kalîla wa Dimna n’est pas un texte figé, au contraire, il ne cesse de se modifier avec des structures différentes. Au VIIIe siècle, le prosateur ‘Abdallah Ibn al-Muqaffa traduit le texte pehlevi tout en l’enrichissant et le recomposant. Cette nouvelle version en arabe connaît rapidement un immense succès. Au XIIe siècle, une nouvelle version persane du texte et réalisée par Nasr Allâh Monshi pour le sultan de Ghazni Bahrâm Shâh. Cette traduction repose non sur la version pehlevi mais sur la version arabe.

Kalîla wa Dimna est un recueil qui appartient au genre des « miroirs aux princes » c’est-à-dire un texte destiné en particulier à l’éducation politique des princes et des décisionnaires politiques. Construit sur le principe d’un récit à tiroir, certains chapitres s’ouvrent sur une question du vizir à son conseiller Bidpay qui, en forme de réponse, renvoie à un autre récit fait par deux chacals, Kalîla et Dimna qui donnent à leur tour une réponse par le bais d’une fable. Il existe ainsi plus de trois niveaux de récit.

Le texte présente donc un arbre généalogique très riche et complexe et ses nombreuses versions ont donné lieu à des illustrations riches et variées. On en trouve notamment des versions en syriaque, en grec, en hébreu et en ancien espagnol (toutes ne sont cependant pas illustrées). Les versions turques dérivent elles, de la version persane et non de la version arabe. D’autre part, des versions illustrées en hébreu du XIIe siècle présentent des similitudes avec les modèles arabes. Ces fables semblent aussi avoir donné naissance à une iconographie propre, dès leur version la plus ancienne. On trouve ainsi en Inde des illustrations, dans la statuaire, directement puisée du Panchatantra. En France, il semble que Jean de la Fontaine s’en soit également en partie inspiré.