Les Fables de la Fontaine illustrées par Imam Bakhsh Lahori

Le musée Jean de la Fontaine à Château-Thierry possède dans ses collections un ensemble de livres imprimés des Fables, illustrés au XIXe siècle par des artistes d’Égypte, Éthiopie, Chine, Japon et Inde, consultables en ligne sur le site du musée.
Ces ouvrages, qui associent brillamment un texte français à des peintures aux couleurs orientales, sont issus de la commande de Félix Feuillet de Conches, chef du protocole au ministère des affaires étrangères (1798-1887). Passionné par Jean de la Fontaine et ses Fables, il conçoit très tôt le désir de créer un « musée imaginaire » autour de ce texte en le faisant illustrer dans de nombreux pays.

En 1835, Feuillet de Conches rencontre le général Jean-François Allard, engagé en Inde au service du Maharaja Ranjit Singh de Lahore et de passage à Paris. Il lui confie alors deux volumes, non reliés et non illustrés des Fables, publiés par Didot en 1827. A son retour à Lahore, Allard engage le peintre Imam Bakhsh Lahori pour produire les illustrations. Celui-ci avait précédemment exécuté un portrait de la famille du général , ainsi qu’un portrait du Maharaja Ranjit Singh . Un premier volume est envoyé en France en mai 1838 mais le décès du général en janvier 1839 amène Jean-Baptiste Ventura, un Italien, installé en Inde après avoir servi dans l’armée de l’Empire, à reprendre le projet. La date à laquelle le second volume rentre en France n’est pas connue mais le colophon placé à la fin de ce dernier précise sa date de complétion, le 24 shaʻban 1255 H./ 18 novembre 1839, ainsi que le nom du peintre.

Les deux volumes des Fables de Didot ne sont pas revenus complets en France. Sur un total de deux cent quarante fables composées par Jean de la Fontaine, cinquante-huit pages illustrées par Imam Bakhsh sont conservées, ainsi que plusieurs feuillets portant du texte enluminé mais aucune miniature. Il ne semble pas que les pages aient été reliées après leur arrivée en Inde et elles demeurent aujourd’hui volantes. Deux folios supplémentaires, insérés dans les deux volumes, ne sont pas issus des Fables. Le premier porte une peinture pleine page montrant une audience royale donnée par le Maharaja Ranjit Singh. Le second, qui contient la date de complétion du second volume, présente un fragment du Songe de Vaux et est illustré de la scène finale des amours de Mars et Vénus. Les miniatures varient de taille et de position selon les pages, certaines occupant tout l’espace du feuillet, d’autres s’insérant au sein des espaces laissés par le texte.

La séquence des fables à illustrer a été décidée par Feuillet de Conches qui a envoyé en Inde des instructions traduites en persan et destinées à être suivies par le peintre . L’iconographie européenne des Fables se trouve ainsi plongée dans une atmosphère indienne, visible dans les architectures, les éléments de paysage et les vêtements des personnages. Le style d’Imam Bakhsh se caractérise par l’emploi d’un ciel doré au-dessous duquel évoluent les personnages et par l’utilisation de couleurs harmonieuses donnant vie aux compositions.

L’étude plus poussée du manuscrit devrait permettre de mettre en évidence les filiations et les liens iconographiques entre les copies tardives de Kalila et Dimna et les Fables de La Fontaine, mais également d’apporter davantage d’informations sur la réception d’une iconographie européenne dans la peinture indienne du XIXe siècle.

Isabelle Imbert
Doctorante en Histoire des arts islamiques
Université Paris-Sorbonne


Une réflexion au sujet de « Les Fables de la Fontaine illustrées par Imam Bakhsh Lahori »

  1. Ping : Le Livre de Kalîla wa Dimna : l’ancêtre des Fables de La Fontaine – LA FIGURATION EN TERRE D'ISLAM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *