Les périples de Kalila et Dimna : Itinéraires de fables dans les arts et la littérature de l’Orient musulman

Une publication scientifique dirigée par Annie Vernay-Nouri (Conservateur en Chef, BnF) et Eloïse Brac de la Perrière (Maître de conférences HDR, Paris-Sorbonne) est en cours de préparation et marquera l’aboutissement du programme de recherche qu’elles dirigent depuis 2013. Cet ouvrage collectif rassemblera à la fois les résultats de leurs travaux, des articles dus aux plus éminents spécialistes de l’art et de la littérature islamique et les travaux de jeunes chercheurs

Le lièvre et l’éléphant

Kalîla wa Dimna est l’un des textes les plus connus de la littérature arabe médiévale et compte parmi les plus illustrés du monde islamique. L’étude des manuscrits de Kalila et Dimna dans leurs composantes textuelles, codicologiques et iconographiques a pour objectif d’enrichir la compréhension plurielle de cette œuvre. L’étendue du corpus, son ancienneté, sa diversité, qui n’en repose pas moins sur une unité première, en font le matériau idéal pour une réflexion sur l’évolution diachronique de l’iconographie islamique à travers les âges et posent parallèlement des questions fondamentales pour cerner les milieux de production. Les analyses physico-chimiques menées lors du programme de recherche sur l’intégralité des manuscrits arabes illustrés de Kalîla wa Dimna permettront en particulier d’éclairer ces questions d’une lumière nouvelle.

Ce volume a pour ambition de combler l’absence de livres consacrés aux manuscrits illustrés arabes de Kalila et Dimna et de compléter les deux seuls ouvrages existants parus en 1991 (Grube E., A Mirror for Princes from India: Illustrated Versions of the Kalilah wa Dimnah. Anvar-i Suhayli, Iyar-i Danish and Humayun Nameh, Marg Publications) et en 2003 (O’Kane B., Early Persian Painting: Kalila wa Dimna Manuscripts of the Late Fourteenth Century, I.B. Tauris).

Le procès de Dimna

Cet ouvrage collectif participe également au renouvellement de l’étude de la peinture arabe, domaine sous-exploité par rapport celui de la peinture persane. L’ouvrage de référence dans ce domaine reste celui de Richard Ettinghausen publié en 1962 (Ettinghausen R., La peinture arabe, Genève, Skira, 1962). Une nouvelle génération de chercheurs tente depuis quelques années de rénover ces approches. On peut citer ainsi Anna Contadini qui a publié A World of Beasts: A Thirteenth-Century Illustrated Arabic Book on Animals (Brill, 2012) et a dirigé la publication de Arab Painting: Text and Image in Illustrated Arabic Manuscripts (Brill, 2008).

Enfin, ce volume collectif se veut particulièrement novateur par l’introduction d’une problématique nouvelle, celle de la peinture arabe tardive. Plusieurs articles seront consacrés à ce sujet, largement mésestimé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *