Les périples de Kalila et Dimna : Itinéraires de fables dans les arts et la littérature de l’Orient musulman

Une publication scientifique dirigée par Annie Vernay-Nouri (Conservateur en Chef, BnF) et Eloïse Brac de la Perrière (Maître de conférences HDR, Paris-Sorbonne) est en cours de préparation et marquera l’aboutissement du programme de recherche qu’elles dirigent depuis 2013. Cet ouvrage collectif rassemblera à la fois les résultats de leurs travaux, des articles dus aux plus éminents spécialistes de l’art et de la littérature islamique et les travaux de jeunes chercheurs

Le lièvre et l’éléphant

Kalîla wa Dimna est l’un des textes les plus connus de la littérature arabe médiévale et compte parmi les plus illustrés du monde islamique. L’étude des manuscrits de Kalila et Dimna dans leurs composantes textuelles, codicologiques et iconographiques a pour objectif d’enrichir la compréhension plurielle de cette œuvre. L’étendue du corpus, son ancienneté, sa diversité, qui n’en repose pas moins sur une unité première, en font le matériau idéal pour une réflexion sur l’évolution diachronique de l’iconographie islamique à travers les âges et posent parallèlement des questions fondamentales pour cerner les milieux de production. Les analyses physico-chimiques menées lors du programme de recherche sur l’intégralité des manuscrits arabes illustrés de Kalîla wa Dimna permettront en particulier d’éclairer ces questions d’une lumière nouvelle.

Ce volume a pour ambition de combler l’absence de livres consacrés aux manuscrits illustrés arabes de Kalila et Dimna et de compléter les deux seuls ouvrages existants parus en 1991 (Grube E., A Mirror for Princes from India: Illustrated Versions of the Kalilah wa Dimnah. Anvar-i Suhayli, Iyar-i Danish and Humayun Nameh, Marg Publications) et en 2003 (O’Kane B., Early Persian Painting: Kalila wa Dimna Manuscripts of the Late Fourteenth Century, I.B. Tauris).

Le procès de Dimna

Cet ouvrage collectif participe également au renouvellement de l’étude de la peinture arabe, domaine sous-exploité par rapport celui de la peinture persane. L’ouvrage de référence dans ce domaine reste celui de Richard Ettinghausen publié en 1962 (Ettinghausen R., La peinture arabe, Genève, Skira, 1962). Une nouvelle génération de chercheurs tente depuis quelques années de rénover ces approches. On peut citer ainsi Anna Contadini qui a publié A World of Beasts: A Thirteenth-Century Illustrated Arabic Book on Animals (Brill, 2012) et a dirigé la publication de Arab Painting: Text and Image in Illustrated Arabic Manuscripts (Brill, 2008).

Enfin, ce volume collectif se veut particulièrement novateur par l’introduction d’une problématique nouvelle, celle de la peinture arabe tardive. Plusieurs articles seront consacrés à ce sujet, largement mésestimé.

Reprise des ateliers Kalîla wa Dimna – 2016

Les ateliers « Kalila wa Dimna » ont repris depuis le 24 février 2016 et sont animés, comme les années précédentes, par Eloïse Brac de la Perrière (Maître de conférences – Paris-Sorbonne) et Annie Vernay-Nouri (Conservateur en chef – BnF), assistées par Aïda El Khiari (Attachée de recherche – BnF).

Les ateliers de cette année seront consacrés à l’étude de deux manuscrits inédits provenant d’une collection particulière.

Par ailleurs, une publication scientifique est en cours de préparation. Dirigé par Annie Vernay-Nouri et Eloïse Brac de la Perrière, cet ouvrage collectif rassemblera à la fois les résultats de leurs recherches, des articles dus aux plus éminents spécialistes de l’art islamique et les travaux de jeunes chercheurs. Plus d’informations prochainement.

Nous vous rappelons que les séminaires ne sont pas ouverts au public.

Présentation de l’exposition « Paroles de bêtes (à l’usage des princes) »

DSC_3807

Ouvrage de sagesse initialement destiné aux princes, le livre de Kalila et Dimna est un recueil de fables qui tire son nom de celui des deux chacals, narrateurs et protagonistes de l’histoire. Donner la parole aux animaux sert de subterfuge pour enseigner les principes d’une bonne gouvernance et c’est par ce biais que sont dispensés sous une forme divertissante, préceptes et morales.

DSC_3809

L’exposition retrace dans un premier temps les voyages du texte. Né en Inde, l’ouvrage traduit en arabe par Ibn al-Muqaffa’ connait une destinée éblouissante dans le monde islamique, puis voyage à travers le monde. La fulgurante popularité qu’ont connue les fables de Kalîla wa Dimna laisse à penser qu’elles furent illustrées dès l’origine.

DSC_3810

Les étapes de fabrication des peintures nous montrent comment les modèles se transmettent et se transforment. L’usage attesté de procédés de reproduction a certainement facilité la transmission et le renouvellement des motifs iconographiques d’un médium à un autre.

C’est ensuite que se dévoile le contenu des fables.

DSC_3819Les histoires, enchâssées les unes dans les autres, mettent en scène hommes et animaux aux propos parfois subversifs. Elles rappellent à tous les règles de la civilité et du bien vivre ensemble.

La Fontaine s’en est inspiré pour quelques fables, elles aussi abondamment illustrées. On sait que la fabuliste s’est largement inspiré d’Ésope mais on oublie trop souvent que plus d’une vingtaine de ses apologues ont une origine orientale dont il fait mention dans son avertissement aux lecteurs.

DSC_3815De nos jours encore, le recueil de Kalîla et Dimna est toujours autant apprécié. Les nombreuses éditions ainsi que les transpositions théâtrales et artistiques témoignent de son immense succès et de son incroyable vitalité.

Nouvelle copie complète du manuscrit de Rabat

Une copie complète du manuscrit 3655 de Kalîla wa Dimna, conservé à Rabat, nous a été gracieusement fournie par la Bibliothèque Royale du Maroc. Les membres du projet peuvent dès à présent la télécharger sur notre Dropbox.

Nous profitons de cette note pour adresser nos plus sincères remerciements à la Bibliothèque Royale du Maroc.

Les Fables de la Fontaine illustrées par Imam Bakhsh Lahori

Le musée Jean de la Fontaine à Château-Thierry possède dans ses collections un ensemble de livres imprimés des Fables, illustrés au XIXe siècle par des artistes d’Égypte, Éthiopie, Chine, Japon et Inde, consultables en ligne sur le site du musée.
Ces ouvrages, qui associent brillamment un texte français à des peintures aux couleurs orientales, sont issus de la commande de Félix Feuillet de Conches, chef du protocole au ministère des affaires étrangères (1798-1887). Passionné par Jean de la Fontaine et ses Fables, il conçoit très tôt le désir de créer un « musée imaginaire » autour de ce texte en le faisant illustrer dans de nombreux pays.

En 1835, Feuillet de Conches rencontre le général Jean-François Allard, engagé en Inde au service du Maharaja Ranjit Singh de Lahore et de passage à Paris. Il lui confie alors deux volumes, non reliés et non illustrés des Fables, publiés par Didot en 1827. A son retour à Lahore, Allard engage le peintre Imam Bakhsh Lahori pour produire les illustrations. Celui-ci avait précédemment exécuté un portrait de la famille du général , ainsi qu’un portrait du Maharaja Ranjit Singh . Un premier volume est envoyé en France en mai 1838 mais le décès du général en janvier 1839 amène Jean-Baptiste Ventura, un Italien, installé en Inde après avoir servi dans l’armée de l’Empire, à reprendre le projet. La date à laquelle le second volume rentre en France n’est pas connue mais le colophon placé à la fin de ce dernier précise sa date de complétion, le 24 shaʻban 1255 H./ 18 novembre 1839, ainsi que le nom du peintre.

Les deux volumes des Fables de Didot ne sont pas revenus complets en France. Sur un total de deux cent quarante fables composées par Jean de la Fontaine, cinquante-huit pages illustrées par Imam Bakhsh sont conservées, ainsi que plusieurs feuillets portant du texte enluminé mais aucune miniature. Il ne semble pas que les pages aient été reliées après leur arrivée en Inde et elles demeurent aujourd’hui volantes. Deux folios supplémentaires, insérés dans les deux volumes, ne sont pas issus des Fables. Le premier porte une peinture pleine page montrant une audience royale donnée par le Maharaja Ranjit Singh. Le second, qui contient la date de complétion du second volume, présente un fragment du Songe de Vaux et est illustré de la scène finale des amours de Mars et Vénus. Les miniatures varient de taille et de position selon les pages, certaines occupant tout l’espace du feuillet, d’autres s’insérant au sein des espaces laissés par le texte.

La séquence des fables à illustrer a été décidée par Feuillet de Conches qui a envoyé en Inde des instructions traduites en persan et destinées à être suivies par le peintre . L’iconographie européenne des Fables se trouve ainsi plongée dans une atmosphère indienne, visible dans les architectures, les éléments de paysage et les vêtements des personnages. Le style d’Imam Bakhsh se caractérise par l’emploi d’un ciel doré au-dessous duquel évoluent les personnages et par l’utilisation de couleurs harmonieuses donnant vie aux compositions.

L’étude plus poussée du manuscrit devrait permettre de mettre en évidence les filiations et les liens iconographiques entre les copies tardives de Kalila et Dimna et les Fables de La Fontaine, mais également d’apporter davantage d’informations sur la réception d’une iconographie européenne dans la peinture indienne du XIXe siècle.

Isabelle Imbert
Doctorante en Histoire des arts islamiques
Université Paris-Sorbonne

Trois manuscrits d’un même atelier ?

BSB Cod arab 315, fol. 20v

BSB Cod arab 315, fol. 20v

La Bayerische Staatsbibliothek (BSB) de Munich conserve dans ses collections une copie de Kalîla wa Dimna rédigée en arabe (Cod. arab. 615 ) qui peut être mise  en relation avec deux autres manuscrits eux aussi en Allemagne.

Un manuscrit conservé à la Staatsbibliothek zu Berlin (SBB), sous la cote Ms. Or. Fol. 2564, peut en effet être rapproché de l’exemplaire de Munich. Ce n’est pas une copie de Kalîla wa Dimna, mais celle d’un conte qui appartient au cycle des Mille et Une Nuits, Qiṣṣat Šīmās al-ḥakīm waʿ al-malik Ūrduḫān bi-bilād al-Hind (Histoire de Shimâs le Sage et du roi Ûrdukhân au pays de l’Inde). Composé de 53 folios, le manuscrit s’ouvre sur un titre enluminé et comporte 44 illustrations. Ces dernières présentent de singulières similitudes avec le manuscrit de Munich.

On y retrouve de nombreuses caractéristiques communes : une palette marquée par les teintes ocre, rouge et verte, des personnages et des animaux aux traits semblables, des éléments végétaux très proches ou encore des détails iconographiques identiques (bouquets de fleur, trônes, lampes, …). La reliure de ces deux manuscrits est la même, tout comme les dimensions des manuscrits (28,5 x 19 cm) et leur cadre d’écriture (22 x 14 cm). Les parties refaites sont d’un même copiste.

 

 

Berlin, SBB Ms Or  Fol 2564, plat de reliure

Berlin, SBB Ms Or Fol 2564, plat de reliure

Munich, Cod. arab.  615, plat de reliure

Munich, Cod. arab. 615, plat de reliure

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Berlin, SBB Ms Or  Fol 2564, fol. 5v

Berlin, SBB Ms Or Fol 2564, fol. 5v

Munich, BSB Cod. Arab. 615, fol. 95v

Munich, BSB Cod. Arab. 615, fol. 95v

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Berlin, SBB Ms Or  Fol 2564, fol. 37

Berlin, SBB Ms Or Fol 2564, fol. 37

Munich, BSB Cod. Arab. 615, fol. 106r

Munich, BSB Cod. Arab. 615, fol. 106r

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Berlin, SBB Ms Or  Fol 2564, fol. 36v

Berlin, SBB Ms Or Fol 2564, fol. 36v

Munich, BSB Cod. Arab. 615, fol. 54r

Munich, BSB Cod. Arab. 615, fol. 54r

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grâce aux informations aimablement fournies par Francesca Bellino (Université de Turin), nous pouvons désormais ajouter à cet ensemble un troisième manuscrit qui comporte lui aussi les mêmes caractéristiques. Il s’agit du Sīrat al-Iskandar Ḏū l-Qarnain (Histoire d’Alexandre le Bicornu), lui aussi conservé à la SBB, sous la cote Ms. Or. Fol. 2195. Ce manuscrit est composé de 63 folios avec 15 illustrations, une page de titre et un bandeau enluminés au début du texte.

Munich, BSB Cod. Arab 615, fol. 119v

Munich, BSB Cod. Arab 615, fol. 119v

Berlin, SBB Ms Or Fol 2195, fol. 3r

Berlin, SBB Ms Or Fol 2195, fol. 3r

Berlin, SBB Ms Or  Fol 2564, fol. 1v

Berlin, SBB Ms Or Fol 2564, fol. 1v

Berlin, SBB Ms Or Fol 2195, fol. 16r

Berlin, SBB Ms Or Fol 2195, fol. 16r

Berlin, SBB Ms Or  Fol 2564, fol. 27v

Berlin, SBB Ms Or Fol 2564, fol. 27v

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Munich, BSB Cod. Arab 615, fol. 17r

Munich, BSB Cod. Arab 615, fol. 17

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucun de ces trois manuscrits ne possède de colophon qui permettrait de leur attribuer une date et un lieu de production précis. Selon les catalogues, ils seraient de provenance égyptienne et datables du XVIe ou XVIIe siècle. Leurs similarités iconographiques et stylistiques amènent assez logiquement à conclure à un atelier de production commun, voir même à un seul et même peintre.

Une étude plus poussée de ces manuscrits est en cours. Elle devrait permettre de compléter les premières constatations effectuées et de vérifier un certain nombre d’hypothèses sur cet atelier de production.

 

 

 

 

Un nouveau manuscrit de Kalîla wa Dimna disponible sur Gallica

BnF Arabe 3466, fol. 9Le manuscrit arabe 3466 de la Bibliothèque nationale de France est désormais consultable sur le site gallica.fr.

Ce manuscrit de Kalîla wa Dimna, daté du XVe siècle, ne contient pas d’illustration mais des espaces laissés libres en vue de la réalisation d’illustrations. À chacun de ces espaces est associée une légende inscrite verticalement et indiquant ce que l’illustration doit contenir.

Workshop « projet Kalîla wa Dimna » – Résumé des interventions

Workshop "Kalîla wa Dimna - Rencontre à mi-parcours"

Workshop « Kalîla wa Dimna – Rencontre à mi-parcours » organisé par E. Brac de la Perrière (Université Paris-Sorbonne) et A. Vernay-Nouri (BnF)

 

 

 

 

 

Une première étape du projet « Kalîla wa Dimna » a été franchie à la fin du mois de novembre dernier.  Le workshop « Projet Kalîla wa Dimna – Rencontre à mi-parcours » nous a permis de faire le point sur l’avancée des recherches conduites par les chercheurs associés au projet. La variété des approches présentées, les discussions qui ont systématiquement suivi les interventions et le travail collectif sur les manuscrits de la Bibliothèque nationale de France présentés durant ce workshop ont été des plus fructueux et ont ouvert de nouvelles pistes de recherche.

Voici en quelques lignes le résumé de ces interventions :

Anna Contadini

Anna Contadini (The School of Oriental and African Studies)

The position of Arabic illustrated Kalila wa Dimna manuscripts within the context of 13th and 14th centuries Arab painting

Illustrated Kalila wa Dimna manuscripts have tended to be studied almost as a self-contained corpus, with an emphasis on assigning each one a date and a provenance. Although this is valid in its own terms, it is somewhat limited, and it is desirable to develop further the approach that seeks internally to elucidate relationships between text and image and externally to integrate these manuscripts within the broader context of the production of paintings, art and literature that surrounds them. I shall present exemplary Kalila wa Dimna manuscripts and attempt to highlight various aspects that would benefit from further comparative study.

Mika Natif

Mika Natif

 

 

Mika Natif (The George Washington University)

Persian manuscripts of Kalila wa Dimna before the 15th century and their links to Arabic copies

This paper focuses on the relationship between Persian and Arabic illustrated manuscripts of Kalila wa Dimna, up to the 15th century.  In order to examine the connections between the Persian and the Arabic texts, I focus on three case studies of subject matter that were commonly illustrated in both versions of the stories. I will compare their visual language, composition, relations to the pictorial space and discuss their respective patronage. Throughout the presentation, I shall raise methodological questions with regards to the interaction between text and image, and consider the implications of such ideas on the study of illustrated Persian manuscripts.

Adeline Laclau (Université Aix-Marseille)

Quelques remarques liées à la mise en page des Kalila wa Dimna mamelouks

Répartir les espaces au sein d’une page, hiérarchiser le contenu et établir plusieurs types de lecture, tels sont les concepts de la mise en page. Cette présentation consiste à exposer les premières observations de ces principes de composition au sein des manuscrits mamluks de Kalila wa Dimna. Elle permet d’aborder la question des relations entre texte et images mais aussi de la continuité et transformation des copies dans la production mamluke, puis dans le contexte plus général des manuscrits arabes illustrés.

Beatrice Grüendler

Beatrice Gruendler

 

 

Beatrice Gruendler (Yale University)

Wisdom from India in pieces

The classic of Arabic-Islamic statecraft, translated and expanded by Ibn al-Muqaffaʿ (executed 756 A.D.), famously takes material from the two Indian works, the Mahābhārata and the Pañcatantra. Despite its later popularity, the work’s early textual history, before the first textual witnesses from the 13th century in Arabic and the medieval translations into Syriac, Greek, Persan, Hebrew, Castilian, and Latin, remains in the dark. But an indirect transmission of the Buddhist tale of King Shādram and the Wise Bilād (or Bilār), survives in a treatise on wisdom sayings, the Jāvīdān Khirad of Ibn Miskawayh (d. 1030 A.D.). However, this early witness to the original shape of the Arabic translation poses two problems; it selects only the (copious) wisdom sayings from the tale and presents these in different wording. I will compare the two versions in as far as they overlap to investigate how their divergencies may have occurred and to observe how the Arabic reception reengineered the Indian material to fit within the Arabic corpus of practical knowledge (adab).

Nathalie Buisson et Annie Vernay-Nouri

Nathalie Buisson et Annie Vernay-Nouri

 

 

Nathalie Buisson (BnF) et Annie Vernay-Nouri (BnF)

L’étude de la matière picturale dans les Kalila wa Dimna de la BnF

L’analyse de la matière picturale constitue l’une des approches permettant d’appréhender les caractéristiques matérielles des manuscrits afin de mieux connaître les  matériaux employés et les étapes de  fabrication.  Ces procédés, qui seront utilisés au sein du Laboratoire de la BnF et du C2RMF reposent essentiellement sur l’imagerie scientifique et sur des méthodes physico-chimiques non destructives et non invasives. Dans un premier temps, la problématique  propre  au  corpus de Kalila wa Dimna sera exposée. Le protocole d’analyse sera ensuite développé en insistant tout particulièrement sur la complémentarité des différentes techniques.

Aïda El-Khiari

Aïda El-Khiari

 

 

Aïda El-Khiari (Université Paris-Sorbonne)

L’iconographie de la figure royale dans les manuscrits arabes de Kalīla wa Dimna des 13e et 14e siècles : vers la constitution d’un topos royal

La figure du roi est un personnage récurrent dans le texte de Kalīla wa Dimna. Personnage polymorphe dans sa dimension textuelle – sept rois différents interviennent dans les fables – il acquiert progressivement une iconographie unique. La comparaison entre le texte et les épisodes illustrés fait ainsi apparaître la prédominance des représentations du roi comme figure d’autorité temporelle, sous la forme du roi trônant. Plus encore, l’analyse iconographique des différents épisodes met en évidence la standardisation progressive qui s’effectue au cours des 13e et 14e siècles aboutissant à la constitution d’un topos royal.

Suzanne Babey

Suzanne Babey

 

 

Suzanne Babey (Université Paris-Sorbonne)

Iconographie des architectures dans les Kalila wa Dimna

Seize manuscrits ont été étudiés. A partir des représentations architecturales du Kalila wa Dimna le plus ancien, l’Arabe 3465 de la Bibliothèque nationale de France, l’étude permet de déterminer les différents rôles de l’architecture dans la narration et tente de dégager les possibles filiations avec des manuscrits de la même époque, comme les Maqâmat Arabe 6490 et le Kalila wa Dimna de Rabat ou plus tardifs, comme cinq manuscrits mamelouks du XIVe siècle et huit manuscrits ottomans du XVIe et XVIIe et d’en analyser l’évolution.

Isabelle Imbert (Université Paris-Sorbonne)

Formes et fonctions du motif floral dans les manuscrits de Kalila wa Dimna

L’intervention sera dédiée à l’étude des motifs végétaux dans les manuscrits arabes de Kalila et Dimna produits entre XIIIe et le XVIIIe siècles. Nous démontrerons que les plantes ne jouent pas seulement un rôle décoratif mais occupent des fonctions structurantes dans les miniatures, fonctions qui sont à même d’évoluer au fil du temps. De même, nous verrons que des constantes apparaissent dans plusieurs copies de différentes époques, mais également que certaines particularités formelles et structurelles sont attachées à chaque période de production et permettent d’établir des liens entre les manuscrits.

Nourane Ben Azzouna

Nourane Ben Azzouna

 

 

Nourane Ben Azzouna (Universität Wien)

Le Ms Ar. 578 de la Parker Library, Cambridge : observations préliminaires

Le manuscrit « Arabe 578 » de la Parker Library, Corpus Christi College, Cambridge, est une copie illustrée inédite de Kalila et Dimna. Le manuscrit porte un colophon, mais celui-ci n’est que partiellement conservé. En particulier, le chiffre des dizaines de la date est effacé, mais celui des centaines indique qu’il s’agit d’une copie du 7e/14e s. Cette communication vise à faire une présentation générale du manuscrit, de ses cent-dix-neuf illustrations et des questions qu’elles posent, des choix narratifs aux conventions iconographiques et au(x) style(s). Certaines de ces questions sont pertinentes pour l’ensemble du corpus des Kalila et Dimna illustrés, ainsi que pour la peinture arabe de la période médiévale.

Bernard O'Kane

Bernard O’Kane

 

 

Bernard O’Kane (The American University in Cairo)

The King Saud mss 2536 of King Faisal Library, Ryadh

Manuscript 2536 of the King Faisal Center for Islamic Studies, Riyadh, has a colophon giving the date of 26 Safar 747/18 June 1346, and 64 paintings. The style of the paintings at first sight has much in common with the well known Mamluk group, including the  Ar. 3467 of the Bibliothèque national de France, and the Bodleian copy at Oxford. However, the very different style of the paintings needs to be explained. We will discuss the possibilities for repainting (possibly on more than one occasion) versus the only other possibility, a hitherto unknown Mamluk style of illustration.

Yves Porter

Yves Porter

 

 

Yves Porter (Université Aix-Marseille)

Costumes mongols dans le Kalila wa Dimna de Rabat

Le manuscrit BRR3655 de la bibliothèque de Rabat a déjà suscité l’intérêt des chercheurs, en particulier de Marianne Barrucand (1986, 1991). La particularité de cette copie est de mélanger les personnages (hommes et femmes) portant des costumes et des coiffes « mongols » avec d’autres dont le costume et les traits dérivent des styles en cours à Bagdad dans la 1ère moitié du XIIIe siècle. Le but de cette présentation est d’abord d’analyser les composantes des costumes mongols qui apparaissent dans ces illustrations, en les comparant notamment à d’autres images issues de l’Iran ilkhanide. On s’interrogera également sur la signification de ces « marqueurs ethnoculturels » et leur éventuelle composante « exotique ».

Francis Richard

Francis Richard

 

 

Francis Richard (Bibliothèque Univesitaire des Langues et Civilisations)

Des feuillets d’un Kalila wa Dimna ottoman dans le fonds de l’École des Langues Orientales

Retrouvé parmi des fragments venant de la bibliothèque de l’école des langues orientale, sous la cote manuscrit turc 206 de la BULAC, 14 feuillets d’une version du Hümâyûn-nâme, traduction turque du Kalila va Dimna, faite d’après le Anvār al-Suhaylī de Vā’iz Kāšifī, Ces feuillets comportent des marges ornées. Ces feuillets étaient cousus sans ordre et couverts d’un fragment d’une grammaire turque manuscrite du XVIIIème siècle venant d’un Jeune de Langue. Ils comportent quatre peintures de style ottoman stambouliote, sans doute impérial, du XVIème siècle. D’autres feuillets achetés par la BnF chez un libraire parisien en 1906 forment le ms. Supplément turc 1243.

Marie-Geneviève Guesdon présente les manuscrits de la BnF

Marie-Geneviève Guesdon présente les manuscrits de la BnF

Annie Vernay-Nouri présente les manuscrits de la BnF

Annie Vernay-Nouri présente les manuscrits de la BnF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stimulés par les multiples questions et échanges engendrés par ces interventions, nos chercheurs poursuivent leurs travaux sur les manuscrits illustrés de Kalîla wa Dimna.

Retrouvez ici le programme de ce workshop:

Programme Worshop Kalila wa Dimna 2013

Workshop : Projet « Kalîla wa Dimna » – Rencontre à mi-parcours

page garde porgramme workshop 2013Après un an de recherches, l’ensemble des chercheurs rattachés au projet « Kalila wa Dimna » se réuniront pour mettre en commun leurs premiers résultats et proposer de nouvelles pistes de recherche.

Ce worshop se tiendra le jeudi 28 novembre dans la salle des actes de la Sorbonne (entrée au 1, rue Victor Cousin, Paris 5e) et le vendredi 29 novembre dans la salle des commissions de la Bibliothèque nationale de France (site Richelieu, entrée au 5, rue Vivienne, Paris 2e).

Le nombre de place étant limité, si vous souhaitez assister à cette atelier de travail, merci de vous inscrire auprès de Thomas Lorain (thomas.lorain@bnf.fr).

Téléchargez le programme :

Programme Worshop Kalila wa Dimna 2013

« Kalîla wa Dimna » fait sa rentrée !

BNF Arabe 3475 fol.110r

BNF Arabe 3475 fol. 110r

Les séminaires Kalîla wa Dimna de l’Université Paris-Sorbonne, dirigés par Eloïse Brac de la Perrière (Univ. Paris-Sorbonne) et Annie Vernay-Nouri (BnF), reprendront le 7 octobre prochain.

Ces séminaires se dérouleront comme l’an passé à l’INHA, dans la salle Villard de Honnecourt (2e étage) de 14h à 16h.

 

 

 

 

Voici d’ors et déjà les dates des séminaires qui suivront :

– 21 octobre
– 4 novembre
– 18 novembre
– 9 décembre
– 3 février
– 10 mars
– 24 mars
– 7 avril
– 28 avril

Nous vous rappelons que ces séminaires sont fermés et exclusivement réservés aux membres du projet.

 

Un nouveau manuscrit de « Kalîla wa Dimna » découvert à la King Saud Library

King Saud universityNous venons de trouver une nouvelle copie de Kalîla wa Dimna conservée à la bibliothèque de l’Université King Saud de Riyadh. Cet exemplaire relativement récent (XVIIIe-XIXe siècle) comporte une dizaine d’illustrations ainsi qu’un grand nombre d’espaces vierges destinés à être illustrés. Le texte été rédigé en écriture maghrébine par au moins deux copistes différents. Il s’agit donc à notre connaissance du seul manuscrit maghrébin de Kalîla wa Dimna comportant des illustrations.

Le manuscrit, coté 7053, comporte environ 150 folios qui semblent en assez mauvais état. Il est consultable en ligne sur le site de la bibliothèque de l’université King Saud en suivant ces liens :

en arabe ou en anglais

Cette dernière découverte nous donne donc bon espoir de découvrir de nouveaux manuscrits à peinture de Kalîla wa Dimna qui permettront de compléter nos connaissances.

La copie numérique des quatre « Kalîla wa Dimna » de la Bodleian Library disponible !

BodleianLors de son récent séjour à Oxford, Annie Vernay-Nouri (conservatrice en chef au département des Manuscrits de la BnF et co-directrice du projet) a eu l’opportunité de photographier trois des quatre manuscrits à peinture de Kalîla wa Dimna conservés à la Bodleian Library (la copie du quatrième nous avait été gracieusement fournie par cette même bibliothèque il y a quelques mois).

Nous profitons donc de cette annonce pour remercier très sincèrement Alasdair Watson (curator of Middle Eastern & Islamic manuscripts) et toute son équipe de la Bodleian Library pour leur accueil, leur aide et leur soutien à notre projet.

Les membres du projet peuvent dès à présent télécharger les copies de ces manuscrits (E.D. Clarkii Or.9, Arab. d. 253, Marsch 673 et Pococke 400) sur notre dropbox.

« Arabic 95 » de la McGill Library désormais en ligne !

Le blog de la Bibliothèque d’Études Islamiques de McGill (Montréal) vient d’annoncer la récente mise en ligne d’une copie numérique du manuscrit de Kalîla wa Dimna : le « Arabic 95 » de la bibliothèque de l’université.

Vous pouvez dès à présent le consulter, et le télécharger en format pdf, en suivant ce lien.

Cette copie datée de 1645 comporte un ensemble remarquable de 95 miniatures. Elle fera très prochainement l’objet d’une fiche descriptive dans notre carnet.

Nous profitons de cette note pour adresser nos plus sincères remerciements à la bibliothèque McGill et plus particulièrement à la bibliothécaire en chef de la Bibliothèque des Études Islamiques McGill, Anaïs Salamon pour leur aide.

Mika Natif and Amanda Luyster at HIAA 2012 (vidéo)

Lors de la 3e biennale de l’ Historians of Islamic Art Association qui s’est tenue en novembre 2012 au Metropolitan Museum of Art de New York, Mika Natif (The George Washington University) et Amanda Luyster (Holy Cross College) ont présenté une communication intitulée « Kalila Two Ways: East and West ».

Cette communication double met en parallèle deux manuscrits illustrés de Kalîla wa Dimna. Le premier est une traduction latine du recueil de fables qui a été copiée et illustrée en France au XIVe siècle et le second, rédigé en persan et daté du XVIe siècle, provient de la cour moghole de Lahore.

Nous vous proposons de retrouver cette intervention en vidéo.

 

 

Vous retrouverez toutes les vidéos du MET ayant trait aux arts de l’Islam en suivant ce lien.

Le résumé de toutes les interventions du Historians of Islamic Art 3rd Biennal Symposium intitulé Lookin Widely,Llooking Closely est disponible ici.

Pistes bibliographiques 2

arabe 3475, fol. 112v

arabe 3475, fol. 112v

Notre bibliographie continue de s’enrichir!

A la suite des indications bibliographiques se rapportant aux questions d’histoire de l’art soulevées par les manuscrits de Kalîla wa Dimna, de nouvelles références viennent d’être postées aujourd’hui.

Il s’agit cette fois d’études se rapportant plus particulièrement au texte et son contenu.

Vous retrouverez ces nouvelles propositions bibliographiques en suivant l’onglet « Études textuelle » du menu déroulant de la page « Pistes bibliographiques ».

Comme toujours, nous comptons sur vous pour nous faire part de références qui nous auraient échappées.