Publication d’un article – « Le fabuleux voyage de Kalîla et Dimna »

DOC310316-31032016165923Le programme de recherche a fait l’objet d’une présentation dans un article publié par la revue de la Société des Amis de Jean de La Fontaine :

Brac de la Perrière Eloïse, Vernay-Nouri Annie, « Le fabuleux voyage de Kalîla et Dimna », Le Fablier, n°26, 2015, p. 163-169.

Numérisation intégrale des manuscrits arabes de Kalîla wa Dimna de la BnF

L’intégralité des manuscrits arabes de Kalîla wa Dimna conservés à la Bibliothèque nationale de France est numérisé et accessible sur le site de Gallica.

Manuscrits illustrés:

Arabe 3465

Arabe 3467

Arabe 3470

Arabe 3475

Arabe 3472

Arabe 5881

Manuscrits présentant des espaces laissés vides destinés à recevoir des illustrations:

Arabe 3466

Arabe 3469

Arabe 3478

Manuscrits non illustrés:

Arabe 3468

Arabe 3471

Arabe 3473

Arabe 3474

Arabe 3476

Arabe 3477

Arabe 3479

Arabe 3480

Pour en savoir plus sur l’exposition – Paroles de bêtes (à l’usage des princes)

À l’occasion de l’exposition « Paroles de bêtes (à l’usage des princes). Les fables de Kalila et Dimna » présentée à l’Institut du Monde Arabe, découvrez l’évolution de la peinture arabe, au travers de manuscrits d’exception produits entre le XIIe et le XVIIIe siècles :

https://www.facebook.com/GallicaBnF/posts/10153247005693193

https://www.facebook.com/GallicaBnF/timeline/story?ut=43&wstart=0&wend=1451635199&hash=-9144931503633873197&pagefilter=3

Présentation de l’exposition « Paroles de bêtes (à l’usage des princes) »

DSC_3807

Ouvrage de sagesse initialement destiné aux princes, le livre de Kalila et Dimna est un recueil de fables qui tire son nom de celui des deux chacals, narrateurs et protagonistes de l’histoire. Donner la parole aux animaux sert de subterfuge pour enseigner les principes d’une bonne gouvernance et c’est par ce biais que sont dispensés sous une forme divertissante, préceptes et morales.

DSC_3809

L’exposition retrace dans un premier temps les voyages du texte. Né en Inde, l’ouvrage traduit en arabe par Ibn al-Muqaffa’ connait une destinée éblouissante dans le monde islamique, puis voyage à travers le monde. La fulgurante popularité qu’ont connue les fables de Kalîla wa Dimna laisse à penser qu’elles furent illustrées dès l’origine.

DSC_3810

Les étapes de fabrication des peintures nous montrent comment les modèles se transmettent et se transforment. L’usage attesté de procédés de reproduction a certainement facilité la transmission et le renouvellement des motifs iconographiques d’un médium à un autre.

C’est ensuite que se dévoile le contenu des fables.

DSC_3819Les histoires, enchâssées les unes dans les autres, mettent en scène hommes et animaux aux propos parfois subversifs. Elles rappellent à tous les règles de la civilité et du bien vivre ensemble.

La Fontaine s’en est inspiré pour quelques fables, elles aussi abondamment illustrées. On sait que la fabuliste s’est largement inspiré d’Ésope mais on oublie trop souvent que plus d’une vingtaine de ses apologues ont une origine orientale dont il fait mention dans son avertissement aux lecteurs.

DSC_3815De nos jours encore, le recueil de Kalîla et Dimna est toujours autant apprécié. Les nombreuses éditions ainsi que les transpositions théâtrales et artistiques témoignent de son immense succès et de son incroyable vitalité.

Exposition à l’IMA – « Paroles de bêtes (à l’usage des princes) »

Visuel Paroles de betesL’exposition « Paroles de bêtes (à l’usage des princes) : les fables de Kalila et Dimna « , se tiendra au musée de l’Institut du monde arabe, dans l’espace de la mezzanine, du 10 septembre 2015 au 3 janvier 2016.

Ouvrage de sagesse initialement destiné à l’éducation des princes, le livre de Kalîla wa Dimna trouve son origine dans un recueil de fables composé en Inde aux alentours du IVe siècle apr. J.-C. Donner la parole aux animaux sert de subterfuge pour enseigner les principes de la bonne gouvernance et c’est par ce détour que les auteurs s’expriment en toute liberté, voire même avec impertinence.

Les narrateurs principaux de l’histoire sont deux chacals, Kalila et Dimna, vivant à la cour du lion, roi du pays. Le premier se satisfait de sa condition tandis que le second aspire aux honneurs quels que soient les moyens pour y parvenir. Il s’ensuit des échanges d’anecdotes mettant en scène hommes et animaux. Sur cette trame de fond se greffent d’autres histoires, enchâssées les unes dans les autres qui délivrent, sous une forme divertissante, préceptes et morales.

Cette exposition est réalisée avec le partenariat exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.

Commissariat : Annie Vernay-Nouri, Éloïse Brac de la Perrière, Éric Delpont.

Conférence – les feuillets retrouvés d’un manuscrit turc illustré de Kalîla wa Dimna – le 19 mai à 18h30

btv1b84150034

Kelile va Dimne, BnF Supplément turc 1243, f. 22v
Les deux perroquets et la femme du gouverneur

Des feuillets illustrés d’une version turque de Kalîla wa Dimna ont été retrouvés dans les collections de la BULAC. Ils viennent compléter un fragment de manuscrit, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Supplément turc 1243 et qui a été copié et illustré dans l’atelier impérial d’Istanbul au XVIe siècle. Elles sont une invitation à découvrir la richesse et la beauté de ces manuscrits conservés dans des bibliothèques du monde entier.

Cette conférence, organisée par la BULAC aura lieu le mardi 19 mai, à 18h30, dans l’auditorium du Pôle des langues et civilisations (BULAC, 65, rue des Grands Moulins, 75013).

Conférence d’Annie Vernay-Nouri (Bibliothèque nationale de France) et Francis Richard (CNRS), animée par Jean-Charles Coulon (Bibliothèque universitaire des langues et civilisations).

Conférence – le plus ancien manuscrit arabe illustré de « Kalîla wa Dimna » à la loupe – le 5 mai à 18h15

Affiche

Le manuscrit Arabe 3465 est la plus ancienne copie arabe illustrée des fables de Kalîla wa Dimna et ses 98 miniatures constituent un exceptionnel exemple de la peinture arabe du XIIIe siècle. Cette conférence montrera comment une lecture plurielle faite à la fois par des historiens de l’art, codicologues et ingénieurs physico-chimistes permet d’éclairer d’une manière nouvelle les problématiques de la peinture arabe.

Cette conférence, organisé par l’Institut national du patrimoine et la Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec Connaissance des Arts, aura lieu le mardi 5 mai, à 18h15, dans l’auditorium de la Galerie Colbert (2, rue Vivienne, 75002).

Par Annie Vernay-Nouri, conservateur en chef, chargée des manuscrits arabes à la BnF, Nathalie Buisson, responsable du laboratoire Richelieu et Eloïse Brac de la Perrière, maître de conférences, université Paris IV Sorbonne.

Télécharger la présentation : Conférence Kalila wa Dimna

Exposition « Kalila wa Dimna », Institut du monde arabe, 10 septembre 2015 – 3 janvier 2016

L’exposition « Kalila wa Dimna » se tiendra à l’Institut du monde arabe, dans l’espace de la mezzanine, du 10 septembre 2015 au 3 janvier 2016. Cette exposition est réalisée avec le partenariat exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.


Les deux chacals en pleine conversation

Kalila wa Dimna, BnF Arabe 3467, f. 21
Les deux chacals en pleine conversation

Ouvrage de sagesse initialement destiné à l’éducation des princes, le livre de Kalila wa Dimna trouve son origine dans un recueil de fables composé en Inde aux alentours du IVe siècle de notre ère. Donner la parole aux animaux sert de subterfuge pour enseigner les principes de la bonne gouvernance et c’est par ce détour que les auteurs s’expriment en toute liberté, voire même avec impertinence.

Les narrateurs principaux de l’histoire sont deux chacals, Kalila et Dimna, vivant à la cour du lion, roi du pays. Le premier se satisfait de sa condition tandis que le second aspire aux honneurs quels que soient les moyens pour y parvenir. Il s’ensuit des échanges d’anecdotes mettant en scène hommes et animaux. Sur cette trame de fond se greffent d’autres histoires, enchâssées les unes dans les autres qui délivrent sous une forme divertissante, préceptes et morales.

De l’Inde et du sanskrit, ces fables sont passées en pehlevi dans l’Iran sassanide puis ont gagné le Proche-Orient par le biais du syriaque avant d’être traduites en arabe au VIIIe siècle, à Bagdad. Cette version, due à Ibn al-Muqaffa’, a connu une carrière éblouissante dans ses traductions, tant en Orient (persan, turc, mongol…) qu’en Occident (grec, hébreu, latin, allemand, espagnol, français…), mais également dans ses adaptations littéraires et ses transpositions théâtrales et artistiques modernes.

Ce succès a généré une abondante production de manuscrits et d’imprimés illustrés qui adoptent l’esthétique propre à chaque aire culturelle. Témoins de ces pérégrinations à travers l’espace et le temps, les œuvres présentées dans l’exposition confrontent les différentes représentations iconographiques dans une multiplicité de styles et de techniques et en font apparaitre la formidable richesse de leur origine à nos jours.

Héritages d’une sagesse ancestrale, ces ouvrages nous rappellent ainsi les principes du savoir-être individuel et d’une civilité indispensable au bien vivre ensemble

Commissaires :

Annie Vernay-Nouri, conservateur en chef chargée des manuscrits arabes, Bibliothèque nationale de France

Eloïse Brac de la Perrière, maître de conférences, Université Paris-Sorbonne

Eric Delpont, chef du département Musée de l’IMA

Un nouveau manuscrit de Kalîla wa Dimna disponible sur Gallica

BnF Arabe 3466, fol. 9Le manuscrit arabe 3466 de la Bibliothèque nationale de France est désormais consultable sur le site gallica.fr.

Ce manuscrit de Kalîla wa Dimna, daté du XVe siècle, ne contient pas d’illustration mais des espaces laissés libres en vue de la réalisation d’illustrations. À chacun de ces espaces est associée une légende inscrite verticalement et indiquant ce que l’illustration doit contenir.

Workshop : Projet « Kalîla wa Dimna » – Rencontre à mi-parcours

page garde porgramme workshop 2013Après un an de recherches, l’ensemble des chercheurs rattachés au projet « Kalila wa Dimna » se réuniront pour mettre en commun leurs premiers résultats et proposer de nouvelles pistes de recherche.

Ce worshop se tiendra le jeudi 28 novembre dans la salle des actes de la Sorbonne (entrée au 1, rue Victor Cousin, Paris 5e) et le vendredi 29 novembre dans la salle des commissions de la Bibliothèque nationale de France (site Richelieu, entrée au 5, rue Vivienne, Paris 2e).

Le nombre de place étant limité, si vous souhaitez assister à cette atelier de travail, merci de vous inscrire auprès de Thomas Lorain (thomas.lorain@bnf.fr).

Téléchargez le programme :

Programme Worshop Kalila wa Dimna 2013

Compte-rendu du séminaire du 21 octobre 2013

BSB Cod.arab.615 fol 14r

BSB Cod.arab.615 fol. 14r

Ce deuxième séminaire « Kalîla wa Dimna » de l’année universitaire 2013-2014 a, comme le précédent, été principalement dévolu à la préparation du workshop qui aura lieu le mois prochain.

Durant deux heures, quatre présentations se sont succédées, suivies à chaque fois de commentaires, questions et suggestions formulées par les animateurs du séminaire comme par ses participants.

Adeline Laclau a débuté cette série de présentations en nous faisant part de l’avancée de ses recherches sur les manuscrits mamlûks de Kalîla wa Dimna. Son étude repose sur un corpus composé pour l’heure des manuscrits suivants : Paris BnF Arabe 3467, Oxford Bodleian Pococke 400, BSB Cod.arab.616, Cambridge TS.Ar 51-60 et TS.Ar 40.09. Riyad King Faisal Mss 2536 et Cambridge Corpus Christi Ms Ar 578 feront l’objet d’interventions particulières de Nourane Ben Azzouna et de  Bernard O’Kane lors du workshop.

Isabelle Imbert a poursuivi sur son travail concernant les représentations d’éléments végétaux et leur utilisation dans les manuscrits de la BnF. Elle a par ailleurs ajouté à son corpus les deux manuscrits de la BSB,  Cod.arab.615 et Cod.arab.616  ainsi que celui de la Bibliothèque royale du Maroc, Ms 2655.

Les étudiants de M1 ont pris ensuite la parole pour présenter leurs recherches iconographiques sur la figure de l’éléphant. Leur corpus se compose de l’ensemble des copies à notre disposition auxquelles ils prévoient d’ajouter des manuscrits comme les Maqâmât ou encore le Kitâb al-Hayawân.

Enfin, Aïda El Khiari est revenue sur la représentation de la figure du prince dans les manuscrits arabes de Kalîla wa Dimna en notre possession. Elle proposera par ailleurs des comparaisons avec certaines copies persanes de ces fables.

La préparation des étudiants en vue du workshop vise à les guider dans le choix des thématiques qu’ils aborderont dans leurs interventions. Celles-ci devront être aussi concises qu’efficaces puisque les temps de présentation seront délibérément courts afin de laisser la place aux discussions qu’elles généreront.