Les périples de Kalila et Dimna : Itinéraires de fables dans les arts et la littérature de l’Orient musulman

Une publication scientifique dirigée par Annie Vernay-Nouri (Conservateur en Chef, BnF) et Eloïse Brac de la Perrière (Maître de conférences HDR, Paris-Sorbonne) est en cours de préparation et marquera l’aboutissement du programme de recherche qu’elles dirigent depuis 2013. Cet ouvrage collectif rassemblera à la fois les résultats de leurs travaux, des articles dus aux plus éminents spécialistes de l’art et de la littérature islamique et les travaux de jeunes chercheurs

Le lièvre et l’éléphant

Kalîla wa Dimna est l’un des textes les plus connus de la littérature arabe médiévale et compte parmi les plus illustrés du monde islamique. L’étude des manuscrits de Kalila et Dimna dans leurs composantes textuelles, codicologiques et iconographiques a pour objectif d’enrichir la compréhension plurielle de cette œuvre. L’étendue du corpus, son ancienneté, sa diversité, qui n’en repose pas moins sur une unité première, en font le matériau idéal pour une réflexion sur l’évolution diachronique de l’iconographie islamique à travers les âges et posent parallèlement des questions fondamentales pour cerner les milieux de production. Les analyses physico-chimiques menées lors du programme de recherche sur l’intégralité des manuscrits arabes illustrés de Kalîla wa Dimna permettront en particulier d’éclairer ces questions d’une lumière nouvelle.

Ce volume a pour ambition de combler l’absence de livres consacrés aux manuscrits illustrés arabes de Kalila et Dimna et de compléter les deux seuls ouvrages existants parus en 1991 (Grube E., A Mirror for Princes from India: Illustrated Versions of the Kalilah wa Dimnah. Anvar-i Suhayli, Iyar-i Danish and Humayun Nameh, Marg Publications) et en 2003 (O’Kane B., Early Persian Painting: Kalila wa Dimna Manuscripts of the Late Fourteenth Century, I.B. Tauris).

Le procès de Dimna

Cet ouvrage collectif participe également au renouvellement de l’étude de la peinture arabe, domaine sous-exploité par rapport celui de la peinture persane. L’ouvrage de référence dans ce domaine reste celui de Richard Ettinghausen publié en 1962 (Ettinghausen R., La peinture arabe, Genève, Skira, 1962). Une nouvelle génération de chercheurs tente depuis quelques années de rénover ces approches. On peut citer ainsi Anna Contadini qui a publié A World of Beasts: A Thirteenth-Century Illustrated Arabic Book on Animals (Brill, 2012) et a dirigé la publication de Arab Painting: Text and Image in Illustrated Arabic Manuscripts (Brill, 2008).

Enfin, ce volume collectif se veut particulièrement novateur par l’introduction d’une problématique nouvelle, celle de la peinture arabe tardive. Plusieurs articles seront consacrés à ce sujet, largement mésestimé.

Publication d’un article – « Le fabuleux voyage de Kalîla et Dimna »

DOC310316-31032016165923Le programme de recherche a fait l’objet d’une présentation dans un article publié par la revue de la Société des Amis de Jean de La Fontaine :

Brac de la Perrière Eloïse, Vernay-Nouri Annie, « Le fabuleux voyage de Kalîla et Dimna », Le Fablier, n°26, 2015, p. 163-169.

Numérisation intégrale des manuscrits arabes de Kalîla wa Dimna de la BnF

L’intégralité des manuscrits arabes de Kalîla wa Dimna conservés à la Bibliothèque nationale de France est numérisé et accessible sur le site de Gallica.

Manuscrits illustrés:

Arabe 3465

Arabe 3467

Arabe 3470

Arabe 3472

Arabe 5881

Manuscrits présentant des espaces laissés vides destinés à recevoir des illustrations:

Arabe 3466

Arabe 3469

Arabe 3478

Manuscrits non illustrés:

Arabe 3468

Arabe 3471

Arabe 3473

Arabe 3474

Arabe 3476

Arabe 3477

Arabe 3479

Arabe 3480

Reprise des ateliers Kalîla wa Dimna – 2016

Les ateliers « Kalila wa Dimna » ont repris depuis le 24 février 2016 et sont animés, comme les années précédentes, par Eloïse Brac de la Perrière (Maître de conférences – Paris-Sorbonne) et Annie Vernay-Nouri (Conservateur en chef – BnF), assistées par Aïda El Khiari (Attachée de recherche – BnF).

Les ateliers de cette année seront consacrés à l’étude de deux manuscrits inédits provenant d’une collection particulière.

Par ailleurs, une publication scientifique est en cours de préparation. Dirigé par Annie Vernay-Nouri et Eloïse Brac de la Perrière, cet ouvrage collectif rassemblera à la fois les résultats de leurs recherches, des articles dus aux plus éminents spécialistes de l’art islamique et les travaux de jeunes chercheurs. Plus d’informations prochainement.

Nous vous rappelons que les séminaires ne sont pas ouverts au public.

Pour en savoir plus sur l’exposition – Paroles de bêtes (à l’usage des princes)

À l’occasion de l’exposition « Paroles de bêtes (à l’usage des princes). Les fables de Kalila et Dimna » présentée à l’Institut du Monde Arabe, découvrez l’évolution de la peinture arabe, au travers de manuscrits d’exception produits entre le XIIe et le XVIIIe siècles :

https://www.facebook.com/GallicaBnF/posts/10153247005693193

https://www.facebook.com/GallicaBnF/timeline/story?ut=43&wstart=0&wend=1451635199&hash=-9144931503633873197&pagefilter=3

Conférence en Sorbonne le 15 octobre à 19h – Paroles de bêtes, miroirs des princes

Les deux chacals en pleine conversation

Les deux chacals en pleine conversation

Depuis 2012, un programme de recherche associant la Bibliothèque nationale de France, l’université Paris-Sorbonne avec le soutien des laboratoires Islam médiéval (UMR 8167 – Orient et Méditerranée) et Proche -Orient médiéval (UMR 7192 Proche-Orient et Caucase ) explore la tradition manuscrite illustrée d’un des plus importants recueils de fables orientales: le livre de Kalîla et Dimna. Le fabuleux voyage de ce texte donne lieu à une exposition qui se tient actuellement au musée de l’Institut du monde Arabe.

Eloïse Brac de la Perrière et Annie Vernay-Nouri reviendront ici sur les principaux développements textuels et iconographiques d’une œuvre destinée à l’origine à l’éducation des princes et qui, ensuite, connut de multiples destinées.

Le 15 octobre 2015 à 19h, amphithéâtre Milne Edwards, Université Paris-Sorbonne.
Entrée gratuite, réservation obligatoire : http://goo.gl/forms/CJyQmBBIAO

Présentation de l’exposition « Paroles de bêtes (à l’usage des princes) »

DSC_3807

Ouvrage de sagesse initialement destiné aux princes, le livre de Kalila et Dimna est un recueil de fables qui tire son nom de celui des deux chacals, narrateurs et protagonistes de l’histoire. Donner la parole aux animaux sert de subterfuge pour enseigner les principes d’une bonne gouvernance et c’est par ce biais que sont dispensés sous une forme divertissante, préceptes et morales.

DSC_3809

L’exposition retrace dans un premier temps les voyages du texte. Né en Inde, l’ouvrage traduit en arabe par Ibn al-Muqaffa’ connait une destinée éblouissante dans le monde islamique, puis voyage à travers le monde. La fulgurante popularité qu’ont connue les fables de Kalîla wa Dimna laisse à penser qu’elles furent illustrées dès l’origine.

DSC_3810

Les étapes de fabrication des peintures nous montrent comment les modèles se transmettent et se transforment. L’usage attesté de procédés de reproduction a certainement facilité la transmission et le renouvellement des motifs iconographiques d’un médium à un autre.

C’est ensuite que se dévoile le contenu des fables.

DSC_3819Les histoires, enchâssées les unes dans les autres, mettent en scène hommes et animaux aux propos parfois subversifs. Elles rappellent à tous les règles de la civilité et du bien vivre ensemble.

La Fontaine s’en est inspiré pour quelques fables, elles aussi abondamment illustrées. On sait que la fabuliste s’est largement inspiré d’Ésope mais on oublie trop souvent que plus d’une vingtaine de ses apologues ont une origine orientale dont il fait mention dans son avertissement aux lecteurs.

DSC_3815De nos jours encore, le recueil de Kalîla et Dimna est toujours autant apprécié. Les nombreuses éditions ainsi que les transpositions théâtrales et artistiques témoignent de son immense succès et de son incroyable vitalité.

Exposition à l’IMA – « Paroles de bêtes (à l’usage des princes) »

Visuel Paroles de betesL’exposition « Paroles de bêtes (à l’usage des princes) : les fables de Kalila et Dimna « , se tiendra au musée de l’Institut du monde arabe, dans l’espace de la mezzanine, du 10 septembre 2015 au 3 janvier 2016.

Ouvrage de sagesse initialement destiné à l’éducation des princes, le livre de Kalîla wa Dimna trouve son origine dans un recueil de fables composé en Inde aux alentours du IVe siècle apr. J.-C. Donner la parole aux animaux sert de subterfuge pour enseigner les principes de la bonne gouvernance et c’est par ce détour que les auteurs s’expriment en toute liberté, voire même avec impertinence.

Les narrateurs principaux de l’histoire sont deux chacals, Kalila et Dimna, vivant à la cour du lion, roi du pays. Le premier se satisfait de sa condition tandis que le second aspire aux honneurs quels que soient les moyens pour y parvenir. Il s’ensuit des échanges d’anecdotes mettant en scène hommes et animaux. Sur cette trame de fond se greffent d’autres histoires, enchâssées les unes dans les autres qui délivrent, sous une forme divertissante, préceptes et morales.

Cette exposition est réalisée avec le partenariat exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.

Commissariat : Annie Vernay-Nouri, Éloïse Brac de la Perrière, Éric Delpont.

Conférence – les feuillets retrouvés d’un manuscrit turc illustré de Kalîla wa Dimna – le 19 mai à 18h30

btv1b84150034

Kelile va Dimne, BnF Supplément turc 1243, f. 22v
Les deux perroquets et la femme du gouverneur

Des feuillets illustrés d’une version turque de Kalîla wa Dimna ont été retrouvés dans les collections de la BULAC. Ils viennent compléter un fragment de manuscrit, aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France sous la cote Supplément turc 1243 et qui a été copié et illustré dans l’atelier impérial d’Istanbul au XVIe siècle. Elles sont une invitation à découvrir la richesse et la beauté de ces manuscrits conservés dans des bibliothèques du monde entier.

Cette conférence, organisée par la BULAC aura lieu le mardi 19 mai, à 18h30, dans l’auditorium du Pôle des langues et civilisations (BULAC, 65, rue des Grands Moulins, 75013).

Conférence d’Annie Vernay-Nouri (Bibliothèque nationale de France) et Francis Richard (CNRS), animée par Jean-Charles Coulon (Bibliothèque universitaire des langues et civilisations).

Conférence – le plus ancien manuscrit arabe illustré de « Kalîla wa Dimna » à la loupe – le 5 mai à 18h15

Affiche

Le manuscrit Arabe 3465 est la plus ancienne copie arabe illustrée des fables de Kalîla wa Dimna et ses 98 miniatures constituent un exceptionnel exemple de la peinture arabe du XIIIe siècle. Cette conférence montrera comment une lecture plurielle faite à la fois par des historiens de l’art, codicologues et ingénieurs physico-chimistes permet d’éclairer d’une manière nouvelle les problématiques de la peinture arabe.

Cette conférence, organisé par l’Institut national du patrimoine et la Bibliothèque nationale de France, en partenariat avec Connaissance des Arts, aura lieu le mardi 5 mai, à 18h15, dans l’auditorium de la Galerie Colbert (2, rue Vivienne, 75002).

Par Annie Vernay-Nouri, conservateur en chef, chargée des manuscrits arabes à la BnF, Nathalie Buisson, responsable du laboratoire Richelieu et Eloïse Brac de la Perrière, maître de conférences, université Paris IV Sorbonne.

Télécharger la présentation : Conférence Kalila wa Dimna

Exposition « Kalila wa Dimna », Institut du monde arabe, 10 septembre 2015 – 3 janvier 2016

L’exposition « Kalila wa Dimna » se tiendra à l’Institut du monde arabe, dans l’espace de la mezzanine, du 10 septembre 2015 au 3 janvier 2016. Cette exposition est réalisée avec le partenariat exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.


Les deux chacals en pleine conversation

Kalila wa Dimna, BnF Arabe 3467, f. 21
Les deux chacals en pleine conversation

Ouvrage de sagesse initialement destiné à l’éducation des princes, le livre de Kalila wa Dimna trouve son origine dans un recueil de fables composé en Inde aux alentours du IVe siècle de notre ère. Donner la parole aux animaux sert de subterfuge pour enseigner les principes de la bonne gouvernance et c’est par ce détour que les auteurs s’expriment en toute liberté, voire même avec impertinence.

Les narrateurs principaux de l’histoire sont deux chacals, Kalila et Dimna, vivant à la cour du lion, roi du pays. Le premier se satisfait de sa condition tandis que le second aspire aux honneurs quels que soient les moyens pour y parvenir. Il s’ensuit des échanges d’anecdotes mettant en scène hommes et animaux. Sur cette trame de fond se greffent d’autres histoires, enchâssées les unes dans les autres qui délivrent sous une forme divertissante, préceptes et morales.

De l’Inde et du sanskrit, ces fables sont passées en pehlevi dans l’Iran sassanide puis ont gagné le Proche-Orient par le biais du syriaque avant d’être traduites en arabe au VIIIe siècle, à Bagdad. Cette version, due à Ibn al-Muqaffa’, a connu une carrière éblouissante dans ses traductions, tant en Orient (persan, turc, mongol…) qu’en Occident (grec, hébreu, latin, allemand, espagnol, français…), mais également dans ses adaptations littéraires et ses transpositions théâtrales et artistiques modernes.

Ce succès a généré une abondante production de manuscrits et d’imprimés illustrés qui adoptent l’esthétique propre à chaque aire culturelle. Témoins de ces pérégrinations à travers l’espace et le temps, les œuvres présentées dans l’exposition confrontent les différentes représentations iconographiques dans une multiplicité de styles et de techniques et en font apparaitre la formidable richesse de leur origine à nos jours.

Héritages d’une sagesse ancestrale, ces ouvrages nous rappellent ainsi les principes du savoir-être individuel et d’une civilité indispensable au bien vivre ensemble

Commissaires :

Annie Vernay-Nouri, conservateur en chef chargée des manuscrits arabes, Bibliothèque nationale de France

Eloïse Brac de la Perrière, maître de conférences, Université Paris-Sorbonne

Eric Delpont, chef du département Musée de l’IMA

Reprise des séminaires de l’année 2014-2015

Sans titre

Kalila wa Dimna, BnF Arabe 3465, f. 20v
Burzuya en compagnie du sage indien Bidpaï

Les séminaires « Kalila wa Dimna » ont repris depuis le 10 octobre 2014 et sont animés, comme les années précédentes, par Eloïse Brac de la Perrière (Maître de conférences – Paris-Sorbonne) et Annie Vernay-Nouri (Conservateur en chef – BnF), assistées par Aïda El Khiari (Attachée de recherche – BnF).

Les séminaires de l’année universitaire 2014-2015 seront principalement tournés vers la préparation de l’exposition sur Kalila wa Dimna qui se tiendra à l’Institut du Monde Arabe de septembre 2015 à janvier 2016.

Cette exposition retracera la création et la diffusion du texte de Kalila wa Dimna et permettra d’éclairer la dynamique complexe existant au sein de la transmission textuelle et iconographique, avec en filigrane les questions des traditions iconographiques et de la transposition des modèles.

Nous vous rappelons que les séminaires ne sont pas ouverts au public.

Nouvelle copie complète du manuscrit de Rabat

Une copie complète du manuscrit 3655 de Kalîla wa Dimna, conservé à Rabat, nous a été gracieusement fournie par la Bibliothèque Royale du Maroc. Les membres du projet peuvent dès à présent la télécharger sur notre Dropbox.

Nous profitons de cette note pour adresser nos plus sincères remerciements à la Bibliothèque Royale du Maroc.

Les Fables de la Fontaine illustrées par Imam Bakhsh Lahori

Le musée Jean de la Fontaine à Château-Thierry possède dans ses collections un ensemble de livres imprimés des Fables, illustrés au XIXe siècle par des artistes d’Égypte, Éthiopie, Chine, Japon et Inde, consultables en ligne sur le site du musée.
Ces ouvrages, qui associent brillamment un texte français à des peintures aux couleurs orientales, sont issus de la commande de Félix Feuillet de Conches, chef du protocole au ministère des affaires étrangères (1798-1887). Passionné par Jean de la Fontaine et ses Fables, il conçoit très tôt le désir de créer un « musée imaginaire » autour de ce texte en le faisant illustrer dans de nombreux pays.

En 1835, Feuillet de Conches rencontre le général Jean-François Allard, engagé en Inde au service du Maharaja Ranjit Singh de Lahore et de passage à Paris. Il lui confie alors deux volumes, non reliés et non illustrés des Fables, publiés par Didot en 1827. A son retour à Lahore, Allard engage le peintre Imam Bakhsh Lahori pour produire les illustrations. Celui-ci avait précédemment exécuté un portrait de la famille du général , ainsi qu’un portrait du Maharaja Ranjit Singh . Un premier volume est envoyé en France en mai 1838 mais le décès du général en janvier 1839 amène Jean-Baptiste Ventura, un Italien, installé en Inde après avoir servi dans l’armée de l’Empire, à reprendre le projet. La date à laquelle le second volume rentre en France n’est pas connue mais le colophon placé à la fin de ce dernier précise sa date de complétion, le 24 shaʻban 1255 H./ 18 novembre 1839, ainsi que le nom du peintre.

Les deux volumes des Fables de Didot ne sont pas revenus complets en France. Sur un total de deux cent quarante fables composées par Jean de la Fontaine, cinquante-huit pages illustrées par Imam Bakhsh sont conservées, ainsi que plusieurs feuillets portant du texte enluminé mais aucune miniature. Il ne semble pas que les pages aient été reliées après leur arrivée en Inde et elles demeurent aujourd’hui volantes. Deux folios supplémentaires, insérés dans les deux volumes, ne sont pas issus des Fables. Le premier porte une peinture pleine page montrant une audience royale donnée par le Maharaja Ranjit Singh. Le second, qui contient la date de complétion du second volume, présente un fragment du Songe de Vaux et est illustré de la scène finale des amours de Mars et Vénus. Les miniatures varient de taille et de position selon les pages, certaines occupant tout l’espace du feuillet, d’autres s’insérant au sein des espaces laissés par le texte.

La séquence des fables à illustrer a été décidée par Feuillet de Conches qui a envoyé en Inde des instructions traduites en persan et destinées à être suivies par le peintre . L’iconographie européenne des Fables se trouve ainsi plongée dans une atmosphère indienne, visible dans les architectures, les éléments de paysage et les vêtements des personnages. Le style d’Imam Bakhsh se caractérise par l’emploi d’un ciel doré au-dessous duquel évoluent les personnages et par l’utilisation de couleurs harmonieuses donnant vie aux compositions.

L’étude plus poussée du manuscrit devrait permettre de mettre en évidence les filiations et les liens iconographiques entre les copies tardives de Kalila et Dimna et les Fables de La Fontaine, mais également d’apporter davantage d’informations sur la réception d’une iconographie européenne dans la peinture indienne du XIXe siècle.

Isabelle Imbert
Doctorante en Histoire des arts islamiques
Université Paris-Sorbonne

Trois manuscrits d’un même atelier ?

BSB Cod arab 315, fol. 20v

BSB Cod arab 315, fol. 20v

La Bayerische Staatsbibliothek (BSB) de Munich conserve dans ses collections une copie de Kalîla wa Dimna rédigée en arabe (Cod. arab. 615 ) qui peut être mise  en relation avec deux autres manuscrits eux aussi en Allemagne.

Un manuscrit conservé à la Staatsbibliothek zu Berlin (SBB), sous la cote Ms. Or. Fol. 2564, peut en effet être rapproché de l’exemplaire de Munich. Ce n’est pas une copie de Kalîla wa Dimna, mais celle d’un conte qui appartient au cycle des Mille et Une Nuits, Qiṣṣat Šīmās al-ḥakīm waʿ al-malik Ūrduḫān bi-bilād al-Hind (Histoire de Shimâs le Sage et du roi Ûrdukhân au pays de l’Inde). Composé de 53 folios, le manuscrit s’ouvre sur un titre enluminé et comporte 44 illustrations. Ces dernières présentent de singulières similitudes avec le manuscrit de Munich.

On y retrouve de nombreuses caractéristiques communes : une palette marquée par les teintes ocre, rouge et verte, des personnages et des animaux aux traits semblables, des éléments végétaux très proches ou encore des détails iconographiques identiques (bouquets de fleur, trônes, lampes, …). La reliure de ces deux manuscrits est la même, tout comme les dimensions des manuscrits (28,5 x 19 cm) et leur cadre d’écriture (22 x 14 cm). Les parties refaites sont d’un même copiste.

 

 

Berlin, SBB Ms Or  Fol 2564, plat de reliure

Berlin, SBB Ms Or Fol 2564, plat de reliure

Munich, Cod. arab.  615, plat de reliure

Munich, Cod. arab. 615, plat de reliure

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Berlin, SBB Ms Or  Fol 2564, fol. 5v

Berlin, SBB Ms Or Fol 2564, fol. 5v

Munich, BSB Cod. Arab. 615, fol. 95v

Munich, BSB Cod. Arab. 615, fol. 95v

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Berlin, SBB Ms Or  Fol 2564, fol. 37

Berlin, SBB Ms Or Fol 2564, fol. 37

Munich, BSB Cod. Arab. 615, fol. 106r

Munich, BSB Cod. Arab. 615, fol. 106r

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Berlin, SBB Ms Or  Fol 2564, fol. 36v

Berlin, SBB Ms Or Fol 2564, fol. 36v

Munich, BSB Cod. Arab. 615, fol. 54r

Munich, BSB Cod. Arab. 615, fol. 54r

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Grâce aux informations aimablement fournies par Francesca Bellino (Université de Turin), nous pouvons désormais ajouter à cet ensemble un troisième manuscrit qui comporte lui aussi les mêmes caractéristiques. Il s’agit du Sīrat al-Iskandar Ḏū l-Qarnain (Histoire d’Alexandre le Bicornu), lui aussi conservé à la SBB, sous la cote Ms. Or. Fol. 2195. Ce manuscrit est composé de 63 folios avec 15 illustrations, une page de titre et un bandeau enluminés au début du texte.

Munich, BSB Cod. Arab 615, fol. 119v

Munich, BSB Cod. Arab 615, fol. 119v

Berlin, SBB Ms Or Fol 2195, fol. 3r

Berlin, SBB Ms Or Fol 2195, fol. 3r

Berlin, SBB Ms Or  Fol 2564, fol. 1v

Berlin, SBB Ms Or Fol 2564, fol. 1v

Berlin, SBB Ms Or Fol 2195, fol. 16r

Berlin, SBB Ms Or Fol 2195, fol. 16r

Berlin, SBB Ms Or  Fol 2564, fol. 27v

Berlin, SBB Ms Or Fol 2564, fol. 27v

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Munich, BSB Cod. Arab 615, fol. 17r

Munich, BSB Cod. Arab 615, fol. 17

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucun de ces trois manuscrits ne possède de colophon qui permettrait de leur attribuer une date et un lieu de production précis. Selon les catalogues, ils seraient de provenance égyptienne et datables du XVIe ou XVIIe siècle. Leurs similarités iconographiques et stylistiques amènent assez logiquement à conclure à un atelier de production commun, voir même à un seul et même peintre.

Une étude plus poussée de ces manuscrits est en cours. Elle devrait permettre de compléter les premières constatations effectuées et de vérifier un certain nombre d’hypothèses sur cet atelier de production.